Homosexualité : Dans la vie de deux filles qui aiment les filles :

A l’ère de ce XXIème siècle où l’on tente de faire croire que la société dans sa totalité prône la liberté, l’égalité et la pluralité des genres, comment vivent celles qui la défendent vraiment ? Retour sur des témoignages concrets de filles qui aiment les filles.

Lire la suite

Publicités

Les barber afro, des Etats-Unis à Paris

Connu sous le nom de barbier en français, le barber n’est autre que le coiffeur pour homme. Dans la culture afro-américaine ce métier est empreint d’un fort capital symbolique et culturel grâce au mouvement Barbershop. Le mouvement s’exporte à merveille auprès des diasporas africaines à Paris. Retour sur les origines du mouvement Barbershop et sa traversée de l’Atlantique pour la capitale française.

cleanik stan2

Aujourd’hui lorsqu’on entend parler de Barbershop, plusieurs choses nous viennent à l’esprit : on pense au célèbre film d’Ice Cube en 2002 ou encore à ces salons de coiffures afro-américains d’Harlem, avec des barber de talent produisant des coiffures aussi impressionnantes que extravagantes. En réalité les Barbershop sont à l’origine un mouvement liant coiffure et musique, et trouvant ses racines dans l’Angleterre du 17e siècle. Ce mouvement a connu de nombreuses évolution, il a traversé les générations jouissant toujours d’un franc succès au fil des années jusqu’à venir s’installer en France et dans les rues de Paris à la fin du 20e siècle et au début du 21e.

En effet, dans les années 1600, les coiffeurs anglais ont alors l’habitude d’avoir une cithare dans leur salon, et de laisser la clientèle jouer quelques notes en attendant de se faire coiffer. Dans certains cas, de véritables chansons sont produites. Ce concept pourtant très simple devient le « barber’s music », la musique de barbier.

Cette tradition se poursuit lors de la fondation des États-Unis. Durant la deuxième moitié du XIXème siècle, la music Barbershop continue son expansion en s’inspirant énormément de la culture et de la musique afro-américaine. C’est à ce moment là que se développent les Barbershop afro.

Dans un contexte très particulier d’esclavage, puis de ségrégation, la population américaine est en proie à de vives tensions communautaires. Au milieu de ces clivages, la communauté afro-américaine souhaite aussi affirmer sa propre culture et son identité. Les Barbershop sont les lieux symbole de cette volonté d’expression culturelle, et ce jusqu’aujourd’hui. Dans la culture afro-américaine la chevelure est d’une importance capitale car mis à part la couleur de peau, elle est le symbole corporel d’une authenticité et d’une singularité du peuple afro-américain. La chevelure rappelle par conséquent les origines ethniques, elle a une forte valeur symbolique. Les barber alors amenés à s’occuper de cette chevelure, ils ont comme la mission de gérer un héritage culturel important, et l’image physique de la population. Le métier de barber est donc considérer comme très important au sein de la culture afro-américaine tout comme le Barbershop car il devient lieu cristallisant ce patrimoine.

Les artistes vont être ceux qui vont avoir le rôle le plus important dans la promotion de la coiffure afro, notamment chez les hommes. On voit le rôle capital joué par les humoristes et les stars de la musique. Les artistes vont être à l’origine de beaucoup de phénomènes de modes. Ils vont initier les tendances afin de montrer la diversité et la richesse du savoir faire afro-américain dans le domaine de la coiffure avec pour objectif de toujours affirmer l’identité de la communauté.

will-smith.png
Ici Will Smith dans la célèbre série Le Prince de Bel Air. Beaucoup de jeunes issus des quartiers populaires vont déclarer s’identifier à ce personnage.

Le mouvement Barbershop va traverser l’Atlantique pour occuper une place tout aussi importante à Paris. Il va s’installer dans la capitale française grâce aux diasporas africaines. En effet, les similitudes entre afro-américain et diaspora africaines françaises sont évidentes. Compte tenu de son passé coloniale, la France compte sur son territoire d’importantes diasporas issues notamment de l’Afrique de l’ouest et de l’Afrique subsaharienne. L’histoire des afro-américains inspirent totalement les diasporas africaines qui sont confrontées aux mêmes défis d’intégration et aussi à cette volonté de ne pas oublier leur culture. La coiffure rentre aussi dans ce défi là. Les Barbershop « afro français » sont donc aussi un lieu d’expression de culture et d’identité, mais cette fois-ci des diasporas africaines de France. A Paris, le mouvement Barbershop connaît un franc succès auprès notamment de la jeunesse. Cela s’explique par l’influence de la culture américaine auprès des jeunes, l’« american way of life », ainsi que la place prépondérante de la musique, et surtout du hip-hop constamment associé à l’image des Barbershop afro. Dans la capitale française, le mouvement s’est beaucoup sédentarisé dans les 18e  et 19e arrondissements de Paris. Stanley, plus connu sous le nom de Barber Stano témoignent de la place du mouvement aujourd’hui au travers de ces photos.

cleanik stan

Barber Stano, coiffeur du salon de la Cleanik (Paris 19e) : « les clients adorent l’ambiance Barbershop, c’est un lieu de partage, ils se sentent dans leur élément et comme chez eux avec la musique. C’est aussi un lieu de Paris où les jeunes des diasporas africaines se sentent à l’aise et se retrouvent pour parler culture »

cleanik christ

Barber Stano : le cheveu crépu est unique, il ne se traite pas comme les autres, on peut faire tellement de chose avec. Il faut apprendre à en être fier car c’est une partie de nous, de notre identité »
Au travers de l’évolution du mouvement Barbershop, c’est une leçon qu’on apprend : la coiffure est un art et une forme d’expression culturelle puissante et unique.

 

 

Le poker : un monde misogyne ?

Le poker est un jeu de plus en plus rependu. Que ce soit à la télévision ou sur internet, on assiste à une multiplication des propositions de tournois. Il comporte une forme ludique et rapide de gagner de l’argent. Hommes et femmes cohabitent autour d’une table de poker, mais si l’industrie du poker compte de nombreuses femmes dans ses rangs, lors d’une compétition internationale, les joueuses ne représenteront jamais plus de 5% de l’ensemble des participants. Comment les joueuses de poker professionnel vivent-elles ce jeu typiquement masculin ? Lire la suite

Internet, médias de masse, et industrie musicale : des institutions traditionnelles en decrescendo ?

La corde sensible est touchée : entre le numérique et l’industrie de la musique, c’est bien loin d’être l’accord parfait. L’explosion d’Internet et des nouveaux médias a changé la donne et poussé le modèle traditionnel d’hégémonie des majors à évoluer : la construction de carrière est maintenant participative.

Lire la suite

Le harcèlement de rue : dénonciateur d’une inégalité entre hommes et femmes ?

Anaïs Bourdet, graphiste de formation, est une jeune active marseillaise. En 2012, elle a décidé, à la suite d’un agression de rue, d’ouvrir le Tumblr « Paye Ta Schneck » sur lequel elle témoigne du harcèlement qu’elle a subit. 5 jours plus tard, le blog avait fait le tour de France. Anaïs Bourdet revient sur ces témoignages qui révèlent une inégalité hommes/femmes.

Lire la suite

Hospitalisation à domicile (HAD): Pour ou contre?

IMG_0713

L’hospitalisation à domicile (HAD) est une forme d’hospitalisation à temps complet au cours de laquelle les soins sont effectués au domicile de la personne. L’HAD constitue désormais une des réponses à l’aspiration grandissante de la population à être soignée dans son environnement familier, quand la situation le permet. Mais de nombreuses personnes sont réticente à cette idée. Retour sur l’expérience d’une mère de famille ayant mis en place un HAD pour son fils atteint d’une tumeur cérébrale. 

Lire la suite