Le salon de Créations et Savoir-Faire fête sa 20ème édition!

Le plus grand salon de Créations et Savoir-Faire s’est déroulé du 18 au 22 novembre 2015 Porte de Versailles à Paris. Offrant une vraie découverte des nouvelles créations de l’année.

 

Le salon de Do It Yourself, Création et Savoir-Faire en partenariat avec le magazine Marie Claire a été réalisé au parc des expositions de Paris à Porte de Versailles. C’était l’événement révélateur de tous les tendances DIY de l’année 2016. De nombreux ateliers et animations a étaient mis en place pendant ces cinqs jours pour rencontrer avec les passionnées des loisirs créatifs.

Pour la 20ème édition du salon, on avait la participation de 350 exposants formé par des marques connus mais aussi des petits créateurs qui souhaitaient avoir un stand. Le salon s’adresse à tout public, du plus petit au plus grand, à tous les gens qui sont interessés par la création et le savoir-faire.

Cette année, le salon a proposé sept univers: le coin d’aiguilles et tradition avec du tricoter à crocheter et l’arts du fil, le coin de tendances mode et customisation avec des machines à coudre, le coin de papiers, scrap et couleurs avec différents supports de papier, le coin de maison créative et idées brico avec des idées de décoration, le coin d’idées gourmandes et festives avec des ateliers culinaire, le coin de village de Noël avec des idées de nouvelle création et le coin de village enfants avec des nouveautés spéciales pour les enfants.

Le salon de Créations et de Savoir-Faire est le plus grand workshop d’Europe avec plus de 500 ateliers créatifs proposés. On peut constater que le DIY est un marché qui devient de plus en plus important, plusieurs personnes commencent à investir. Les bloggeuses et les youtubeuses en utilisent très souvent dans leurs sites, suivant les tendances et les demandes de leurs lecteurs et consommateurs. Ces loisirs créatifs invitent les gens a utiliser davantage leur créativité et a personnalisé leur propre environnement avec des idées rénovatifs. Les loisirs créatifs sont aussi principalement une manière de se détendre en s’amusant avec sa créativité.

L’idée étant de créer, d’imaginer, de réaliser et d’apprendre à faire soi-même. Les créations faient rêver le public. Le large choix de thématique attire les gens qui veulent savoir les tendances et plus souvent les jeunes filles, les femmes et les mamans. Elles vient souvent avec des amies et partagent une journée de créativité tous ensemble. Les nouvelles tendances les interessent à coeur, elle veulent apprendre et être capable de le faire elle-même à la maison. Le salon est un lieu de partage et aussi l’adresse parfaite pour trouver des cadeaux et des décorations de noël, la date étant pas loin du tout. Un village de Noël est présent exceptionnellement cette année.

Ces cinqs jours les visiteurs étaient beaucoup interessés par les animations appartenant aux différents thématiques du salon. Ils ont eu lieu tous les jours à plusieurs horaires. Dans les animations culinaires, les chefs proposaient de nouvelles recettes pour de nombreuses occasions comme les fêtes, les jours spécials ou les anniversaires. Les visiteurs étaient très passionnée par les nouveaux recettes des chefs. Entre les univers, on pouvait aussi trouver un village Do It Yourself kids qui était fait que pour les enfants. Les parents ont eu l’occasion de trouvé des nouvelles idées de création à faire pour ou avec leurs enfants.

Le salon a eu un grand succès, il y avait plus de visiteurs par rapport à l’année dernière. Nous pouvons constater que tous les ans, ils ont de plus en plus de participants ce qui permet d’apporter des nouveautés aux thématiques. Grâce aux partenariat de Marie Claire, ils sont toujours au courant des tendances qui changent tous les années. À présent, le salon de Créations et Savoir-Faire n’a aucun concurrent et il est le seul salon DIY de la France, ce qui renforcent son succès et sa popularité.

Nous souhaitons une bonne continuation et espérons de le revoir en 2016 avec impatience! En attendant, on va tout de suite créer les nouvelles objets qu’on a appris à faire ce weekend.

 

Emine Akarca

Photo: http://www.creations-savoir-faire.com

 

Publicités

Drones, photos à 360° et selfies : retour sur le Salon de la Photo 2015

Plus de 75 000 amoureux de la photographie se sont donnés rendez-vous au Parc des Expositions de Paris du samedi 5 au mercredi 9 novembre. Un événement qui marque l’engouement des professionnels et des amateurs pour cette activité.

Même si les ventes d’appareils ont chuté à cause de l’essor des smartphones et tablettes numériques, les amateurs et professionnels du 8ème art étaient présents à cet événement. Au programme des conférences dont celle de Cyril Drouhet, le rédacteur en chef photo du Figaro Magazine, des rencontres avec des professionnels comme Théo Gosselin, l’auteur de la photographie à l’affiche du salon de cette année.

Affiche Salon de la photo copyright Théo Gosselin

Un secteur en perdition

Cet événement est aussi l’occasion pour les visiteurs de tester le nouveau matériel ainsi que les nouvelles tendances dans le domaine de la photographie. Phénomène grandissant depuis quelques années, les drones ont été mis à l’honneur avec un espace dédié de 66m² où les curieux ont pu faire voler certains modèles et découvrir des ateliers sur la photographie aérienne. Si ces appareils volants étaient utilisés dans un but principalement militaire, le marché des drones de loisir est en plein essor avec près de 100 000 produits vendus en 2014.

Un moyen d’attirer les plus jeunes sur cette activité mais aussi de relancer les ventes des appareils photos. Un secteur en perdition pour certains puisque seulement 2 millions de compacts et de reflex ont été vendus en 2015, soit 3 millions de moins qu’en 2010 selon l’Institut GfK. Un constat alarmant puisque l’institut prévoit 1,5 millions de vente pour l’année 2016, soit le score le plus bas depuis le passage de la photographie argentique au numérique dans le début des années 2000.

Pour le président du Salon de Paris, Baudoin Prové, la faute à l’essor des nouvelles technologies « C’est incontestable, il ne s’est jamais pris autant de photos sur la planète. C’est vrai aussi que maintenant on fait des photos avec autre chose qu’un appareil photo ». Un mouvement confirmé par une enquête de Fujiflim où 62 % des français âgés de 18 à 24 ans déclarent préférer leur smartphone aux appareils photo numériques (19 %) pour prendre des clichés.

Des photos à 360° et des selfies pour les plus jeunes

Mais les différents stands de marques proposaient des ateliers pour conquérir les amateurs du 8ème art, c’est le cas de Nikon qui a reçu beaucoup de visiteurs dans le cadre de son atelier 360°. Dans un espace spécialement dédié, les plus courageux étaient invités à sauter en l’air pendant que s’enclenchait simultanément une dizaine d’appareils photos. Une manière de renforcer aussi son image de marque puisque les participants ont tendu des pancartes avec le célèbre slogan « Je suis… ».

Pour les amateurs du selfie, la marque Fujifilm a érigé un mur couvert de clichés instantanés où les visiteurs pouvaient laisser un message après avoir pris une photo polaroïd. Face à ses concurrents en perdition, l’entreprise japonaise avait de quoi sourire. En cause, l’incroyable augmentation des ventes des produits Instax, ces appareils permettant la prise de photo en cliché instantané, a progressé de 900% chez Instax par rapport à l’année 2013. La représentante du stand est aussi surprise mais explique que ce succès est dû en partie à la moyenne d’âge de la clientèle où « beaucoup de nos jeunes clients ont fait le tour d’Instagram, des réseaux sociaux et des photographies éphémères. Aujourd’hui, ils ont envie de concret, de quelque chose de matériel à partager ».

copyright Ddo

Pourtant aucune grande innovation n’a été annoncée comme ce fut le cas en 2011 avec la sortie du Lumix GF2 de Panasonic, l’un des premiers appareils photos disposant d’un écran tactile. Les marques présentes au salon ont mis alors les moyens d’attirer un public plus jeune en présentant des nouveaux produits comme la marque Canon qui propose un système Wi-Fi où les utilisateurs pourront publier directement leurs clichés sur les réseaux sociaux. Une autre nouveauté montre la volonté des marques de plaire aux plus jeunes comme le pilotage à distance qui permet de contrôler son appareil photo avec son smartphone.

Des nouveautés pour signifier que ce secteur n’est pas mort même si les afficionados de cette activité redoutent de plus en plus la progression des nouvelles technologies ce que constate Beaudoin Prové « On revient à un marché de la photo recentré pour les passionnés ».

Amélie Mondoloni

pour Konbini.fr

Source photo : Théo Gosselin (http://www.lesalondelaphoto.com) –  Ddo photos

680 mots

Pour l’amour du sucre !

À Paris, toute passion à son salon : l’automobile, le chocolat, l’agriculture et depuis peu la pâtisserie !
Du traditionnel chou à la crème, en passant par les mythiques macarons jusqu’à la folie du cake design, chacun y trouve son compte.

L’an dernier, le salon Sugar Paris nous accueillait au Parc Floral de Paris, mais cette année, victime de son succès et afin d’accueillir plus d’exposants et plus de gourmands, cette seconde édition s’est tenue sous La Grande Halle de La Villette.
Nous nous y sommes rendus le 7 février dernier, en bons curieux que nous sommes, mais aussi, et surtout, parce que, force est de constater : la pâtisserie nous envahit depuis quelques temps !
En effet, cela ne peut échapper à aucun d’entre nous, ces boutiques aux vitrines pleines de « mignonneries » fleurissent dans la capitale : pourquoi un tel engouement ?

FB_IMG_1425047646054

Nous avons alors cherché réponse sur place, auprès de personnes présentes : sugar addicts, novices ou pros, nous voulions l’avis de tous.
Iris, 35 ans et mère au foyer, nous confesse avant tout être une gourmande, mais si elle est là aujourd’hui, c’est surtout pour apprendre de nouvelles recettes à refaire à la maison.
« Mes petits raffolent des gâteaux, les cookies ne font plus l’affaire ; le nouveau truc, c’est les cake pops ! »

 

Mug cakes, cupcakes, cake pops : what else ? La tendance du moment c’est le cake design. On ne se contente plus de ramener un tutti frutti pour un anniversaire ! Non ! Désormais, le gâteau, quelque soit l’occasion, a son propre styliste ! Que vous soyez un fan de super héros, une fashionista invétérée, ou rien de tout cela, le designer vous cernera !

Ceci est un gâteau.

Oui, ceci est un gâteau !

 

 

Chloé, exposante et « cupcakeuse » nous confie que si la cuisine et la pâtisserie sont si en vogue aujourd’hui c’est parce que les télé-crochets jouent un rôle important. Entre MasterChef, Top Chef, et depuis peu Le Meilleur Pâtissier, entièrement consacré à la pâtisserie, on ne sait plus où donner de la tête !
« Les gens sont friands de nouveautés ! À présent, il ne s’agit pas de savoir faire les meilleurs choux à la crème, ou la plus bonne des tartes aux fraises, tout est affaire de nouveautés. Nous proposons des saveurs classiques, telle que la framboise ou le chocolat, le tout est de redoubler d’imagination dans l’alliance des saveurs ! ».
On peut noter la multitude d’ateliers proposés dans Paris, notamment par Chloé au sein de sa pâtisserie du 9e arrondissement.
Elle nous déclare « les cours, c’est LE truc en plus ! La demande ne cesse d’accroitre donc nous multiplions nos ateliers ».
Le plus du salon : ces ateliers-démonstrations dirigés par des professionnels de la pâtisserie tels que Claire Verneil, par exemple. Savoir réaliser un glaçage, une meringue, ou ne pas rater la coque de ses macarons, les chefs nous montrent tout ce qu’il faut savoir.

Le chef  Christophe Felder à l'oeuvre.

Le chef Christophe Felder à l’oeuvre.

 

Philippe, lui aussi exposant, tient un stand d’équipements où on trouve ustensiles et accessoires de présentation.
« Vos pâtisseries racontent forcément une histoire ; il faut donc la mettre en scène ! Choisir telle nappe, opter pour ce chemin de table et pas un autre, parsemer la table de paillettes ou de pétales… Autant de choix qui ne sont pas anodins en vérité : c’est ça le concept sweet table ».

Nous l’aurons compris, la pâtisserie, c’est tout un art ! Sugar Paris, c’était the place to be ce week-end. Ici, vous pouvez shoppez, mettre la main à la pâte et manger ! C’est surtout l’occasion de percer les secrets de ce nouvel art.

Alors à vos marques, prêts ? Pâtissez !

Frédéryke MITRAIL

Publication envisagée : MyLittleParis, Biba

Crédits photographiques : Frédéryke Mitrail, site officiel Sugar Paris et page Facebook

Un burger made in Asia

Ni résolument nouveau spot à burger mais encore moins un asiatique traditionnel, Siseng est la nouvelle adresse hybride fraîchement installé quai de Jemmapes. Paysage pourtant déjà saturé, cette néo-cantine fait une entrée fracassante dans le quartier. Grandes tables en bois, tabourets hauts, luminaires suspendus, murs en briquettes rouges et comptoir à cocktails dans le fond : l’alchimie est immédiate. Un cadre brute, intimiste et chaleureux pour un nouveau concept d’Asian Food Bar crée par Stephen Siseng : entre cuisine fusion et bar à cocktail, il nous explique avoir voulu lier les deux activités en même temps.

DSC_0027

Dans l’assiette des plats aux influences du Sud-Est de l’Asie, on retrouve le très célèbre bo-bun, des « black bean noodles », un bento ou encore un « tom kah kaï » (soupe de lait de coco, poulet sauté, citronnelle, galanga, piment et champignons). S’y ajoute de la finger food à l’asiatique avec des springrolls (poulet au saté, boulette de poulet ou poitrine de porc mariné au cumin), des croquettes de boeuf au curry rouge et au crevettes, ou encore des cromesquis de risotto au lait de coco et citronnelle.

DSC_0026Mais la star de la carte n’est autre que le bao-burger. Un burger à l’asiatique qui comme le stipule le menu : « met tout le monde d’accord » : avec un bun façon brioche chinoise traditionnelle. Au choix un « bao-burger kaï » au poulet mariné et pané à la japonaise, sauce basilic/lait de coco, poivrons rouges confis, coleslaw maison et basilic frais, ou le « bao-burger 5 épices » au steack de bœuf mariné aux 5 épices, sauce tamarin caramélisé, tempura d’oignons, oignons confits, roquette et épinard. Côté accompagnement le choix s’effectue entre des frites de patates douce, des tempura de légumes (aubergine, potiron, haricot et champignon) ou une salade de poulet, mangue, menthe et oignon rouge.

Originaire des rues de Taïwan ce petit pain vapeur (gua bao) garni de porc braisé, cacahuète et chou a déjà été pris pour cible par de bon nombre de chefs étrangers. De New-Yorks à Londres en passant par Sydney, cette petite brioche n’est plus à présenter. La grande nouveauté est la découpe de ce petit pain rond afin de transformer la brioche en bun à burger. De Tawïan à l’Amérique en un coup de couteau Stephan Siseng l’a bien compris avec sa création original du bao-burger . « J’ai voulu créer quelques choses de différents que ce que l’on pouvait trouver à Paris ».

Bingo ! Un ovni culinaire d’étonnant qui reprend les codes du burger made in US pour y ajouter des saveurs nippones. Un pain vapeur moelleux, juste sucré comme il faut, une garniture bien présente, un équilibre sucré/salé quasi parfait et une explosion de saveurs en bouche : Surprenant et vraiment renversant ! On regretterait même qu’il n’y en ait que deux à la carte…

Formule Bao Burger le midi à 15€, 10€ le burger seul, entre 4€ et 6€ les accompagnements. Plats 7-12 €, cocktails 9-13 €, boissons 3,50 à 25 €.

Siseng  82 quai de Jemmapes – Du mardi au jeudi de 12h à 15h30 puis de 18h30 à 23h, le vendredi de 12h à 15h30 puis de 18h30 à 02h, le samedi en continu de 12h à 02h et le dimanche en continu de 12h à 23h. Fermeture le lundi.

Victoria Maujoin

Source image : personnelle

Publication envisagée : time out paris, lefooding, parisburger, Elle, Glamour, Grazia, My little Paris,