Snoopy, 65 ans: Saluez le chien « à la mode »

Pendant la Fashion Week parisienne, les deux célèbres beagles, Snoopy et sa soeur Belle, issus des bandes dessinées connues par Charles Monroe Schulz, étaient les stars de l’exposition Snoppy & Belle in Fashion, faites le retour dans la mode après 30 ans lors de la première édition. Lire la suite

Publicités

Le Jeu vidéo IRL (in real life)

« Jeu vidéo : l’expo »

Au cœur du jeu vidéo :

A peine entrés dans l’espace de 1000m² dédié à l’expo Jeu vidéo, nous sommes plongés dans un décor futuriste inspiré du film Tron : une salle obscure aux murs quadrillés de néons bleu électrique. Des formes cubiques luminescentes semblant tout droit sorties du jeu Tétris guident le visiteur en fonction des grands thèmes du jeu vidéo. « C’est génial, on a l’impression d’être le personnage d’un jeu ! » se réjouit Lucas, 17 ans, lycéen et fan de jeux vidéo. « Le décor me fait beaucoup penser au jeu Minecraft, à cause des pixels géants. Et puis il n’y a pas de sens de visite, comme dans un jeu « bac à sable » où le parcours est libre ».

Dans une ambiance électronique saturée de bips sonores, nous croisons des portraits vidéo de joueurs et de créateurs célèbres tels que Marcus, Eric Chahi (Another World), Frédérick Raynal et bien d’autres. De nombreuses consoles offrent un panorama des différents univers de jeux (courses, tir…) et de l’évolution du gameplay au fil des années. La première installation est une adaptation du jeu Evoland qui nous fait découvrir l’évolution graphique du jeu vidéo des années 1980 à nos jours, en seulement 5 minutes. Cette borne d’arcade à la fois ludique et instructive donne d’emblée le ton de l’exposition.

Les consoles portables à travers les âges

Les consoles portables à travers les âges.

Faites vos jeux !

Dans « Jeu vidéo : l’expo », nouveautés et classiques sont au rendez-vous pour distraire tous les publics car comme l’explique Pierre Duconseille, commissaire de l’exposition, « cette exposition s’adresse à tout le monde, aux joueurs comme aux non-joueurs ». Le visiteur peut choisir de découvrir les métiers issus de cette grande industrie (programmeur, graphiste, game designer etc.), de mieux comprendre la notion de gameplay, ou de tester ses réflexes en jouant à Rayman Legends. Notre animation préférée : un simulateur de surf sur écran géant où chacun contrôle son avatar.

Les apprentis possèdent leur espace dédié, « L’atelier du débutant », pour se familiariser avec les contrôles de jeux. « Je ne joue jamais aux jeux vidéo, pourtant cette expo me parle beaucoup. » nous confie Charles Mattern, professeur de physique et père de famille. « Je pense que tout le monde y trouve son compte. J’avais peur que ma petite fille de huit ans s’ennuie, mais plusieurs animations sont très accessibles ! ».

Les gamers peuvent quant à eux exprimer leur créativité en fabriquant leur propre jeu. Ils imaginent leur personnage, tracent son parcours et règlent les paramètres de jeu, se mettant ainsi dans la peau du concepteur. Le plus : chacun peut emmener sa création chez soi sur une carte avec un code à flasher, pour un souvenir unique !

Le simulateur de surf.

Le simulateur de surf, grande réussite de l’expo.

Le jeu vidéo se démocratise :

 Avec plus de 53 milliards d’euros de chiffre d’affaire par an dans le monde, le jeu vidéo constitue un marché fructueux qui ne cesse de s’étendre. La Cité des Sciences et de l’Industrie l’a bien compris : en participant à sa légitimation, elle s’assure un succès quasi-certain. « Jeu Vidéo : l’expo », dont la construction aura coûté près d’1,6 millions d’euros, devrait en effet atteindre le cap des 250 000 visiteurs d’ici fin août 2014.

En s’installant dans les lieux de culture, comme l’exposition Game Story au Grand Palais en 2011-2012, le jeu vidéo nous montre qu’il est loin de répondre aux clichés du jeu avilissant et dépourvu d’intérêt intellectuel. Dans « Jeu vidéo : l’expo » il s’affiche comme prouesse technologique, que beaucoup seront tentés de considérer comme un art. Cette exposition n’est cependant que temporaire et devrait être remplacée, à terme, par une Cité du Jeu vidéo permanente. Une seule condition : elle doit être un succès.

Alors gamers, gameuses, à vous de jouer !

Roxane TRANCHARD

Crédits photo  : www.cite-sciences.fr  – www.jeuxvideomagazine.com  –  www.pcworld.fr

Publication : Magazine Les Inrockuptibles.