DEBATS 2016!

See original image

INFOS POUR LES ETUDIANTS DU COURS PRESSE ET REDACTION JOURNALISTIQUE (L3):

Merci de vérifier votre sujet et la date de votre débat SUR LE PDF ICI !

Préparez bien des arguments justifiés, avec des exemples pertinents quand possible.

Il faut que chaque personne participe. Vous avez un peu moins d’une heure par débat, soit 30 minutes par groupe, soit 10-15 minutes par personne. Ceci dit, comptez bien quelques minutes pour des questions et des arguments imprévus, donc il faut être prêt à résumer vos arguments rapidement, sinon, je vais vous couper en tant que modérateur…

 

Publicités

Un peu d’aide si vous n’avez pas trouvé votre sujet…

Il faut penser aux sujets pour vos articles à rendre à la fin du mois de novembre ! Cela peut être un sujet qui se passe actuellement si vous avez quelques chose en tête.

Ici je vous donne quelques sites qui pourraient être utiles. Cherchez un sujet qui est « faisable » en pensant aux éléments suivants :

àEst-ce que je peux parler avec une source pour cet article (exemple, vous auriez de la difficulté de parler avec Madame Hidalgo…)

àEst-ce que le sujet traite d’un événement ou quelque chose qui se passe ? (exemple : « Mon ami qui pense qu’il est difficile d’être étudiant » n’est pas un sujet sauf si vous montrez que c’est « newsworthy »)

àSi vous faites un profil,  pourquoi s’intéressons –nous à votre sujet maintenant ? Que fait-il/elle qui est « NEW » ?

à« Les informations ne se trouvent pas au bureau » — faites un maximum de trouver un sujet qui vous force de quitter votre appartement. Allez voir quelque chose, parlez avec des gens, ayez l’expérience d’être journaliste.

à Vous n’êtes pas obligés de chercher un sujet très « sérieux » ou politique, mais vous pouvez si ce n’est pas trop ambitieux.

 

DES SUJETS POSSIBLES:

Des (re)ouvertures des musées (Musée Picasso, Fondation Louis Vuitton, Monnaie de Paris, 1e étage de la Tour Eiffel)….

Les incubateurs à Pairs…

Un profile sur quelqu’un qui a été accepté dans un incubateur…

L’interdiction de sacs plastiques à Paris…

La transportation (aéroports, gares, Vélib, Autolib, taxis, Uber)…

Des nouveaux restaurants/tendances…

 

SITES D’INSPIRATION :

Tous les quotidiens à Paris –(vous pouvez toujours prendre un nouvel angle sur un sujet déjà traité)

Sortir à Paris

Time Out Paris

Paris.fr

Office du Tourisme de Paris

Twitter (compte de Paris, par exemple)

Cherchez des actualités sur Google News (Je tape « Pars » normalement)

Demandez autour de vous, vos amis, votre famille…

Petit article à rendre avant le 13 octobre !

Bjournalisme-augmente-cyrillefrankonjour ! N’oubliez pas qu’il faut rendre votre exercice avant le 13 octobre (donc dimanche soir à la limite !). Il faut aller dans un parc ou jardin, rester au moins 30 minutes, et écrire un petit article sur quelque chose que vous avez vécu ou que vous avez vu pendant votre temps.

Ne réfléchissez pas trop sur l’exercice et ne pensez pas que j’attends quelque chose spécifique. Ne cherchez pas des événements, des manifestations, ou des informations qui seraient traitées dans Le Monde, mais observez la scène devant vous.

Ecrivez-moi un article (400-500 mots max) qui est honnête, bien écrit, et qui raconte quelque ce qui se passe dans cet endroit.

Envoyer l’article par email et puis on va voir les résultats ensemble en cours. Courage !

L’autisme au quotidien : force ou faiblesse?

                   Avril n’est pas seulement le mois des blagues douteuses et des chocolats de Pâques, c’est aussi le mois de la sensibilisation mondiale à l’autisme. Avec aujourd’hui une personne sur 1000 de touchée, et les garçons plus souvent que les filles, l’autisme en est encore au stade de la recherche en France. Rencontre avec Guido, un adolescent dont l’autisme fait partie du quotidien.

            L’autisme est un trouble du développement humain, caractérisé généralement par une interaction sociale et une communication anormales, avec des comportements répétitifs et restreints. Il existe une diversité de formes et de causes potentielles, d’une part génétique et d’autre part des influences venant de l’environnement. Beaucoup de recherches sont encore en cours et il n’est pour l’heure pas possible de déterminer la cause spécifique de l’autisme.
La prise en charge de ce trouble dépend principalement de la précocité de son dépistage, or celui-ci est encore trop insuffisant en France.
Guido fait partis de ceux qui ont été dépisté (trop) tard. Aujourd’hui 15 ans, il a appris il y a seulement un an qu’il était porteur d’autisme. Après être passé par plusieurs spécialistes pendant sa jeunesse comme des orthophonistes, psychiatres et psychologues, sans jamais recevoir de diagnostic concret, ce n’est qu’à ses 14 ans que le couperet tombe et qu’un verdict est donné. « Au début, cela a été un choc pour moi car je me suis toujours senti normal, même si sur certains points je remarquais une différence avec d’autres de mon âge. ». Loin des clichés parfois véhiculés dans les médias, il avoue aujourd’hui se sentir comme avoir une étiquette sur le front, d’être catalogué et il doit surtout maintenant accepter « d’être autiste ».

Image

            Depuis quelques années, Guido vit une véritable passion pour le cyclisme de route et s’épanouit pleinement dans ce sport. « L’autisme n’est pas un handicap dans le vélo, au contraire, j’ai appris à être un battant et à ne jamais abandonner. » Dans le monde du sport, chacun est jugé de la même manière et plus important encore, son autisme ne se voit pas. Etre en compétition avec des jeunes de son âge, qui ignorent sa situation lui permet de se sentir « normal », et de se donner à fond dans quelque chose qu’il aime. Au lycée général où Guido étudie en Seconde, c’est différent : « Je me sens souvent frustré quand d’autres arrivent facilement à faire quelque chose, et qu’à moi, il me faut plus de temps ». Quand son petit frère de 13 ans passe en moyenne une demi-heure à faire ses devoirs, Guido lui, y passe bien plus de temps, et a parfois besoin d’un peu d’aide. Là encore, il ne se laisse pas abattre et envisage de faire un Bac STMG (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion) l’année prochaine.

            Lorsque je lui demande s’il y a quelque chose qu’il souhaiterait changer chez lui, il me répond « être plus sociable ». Dans 10 à 15 ans, Guido s’imagine vivre à l’étranger avec une petite amie, beaucoup d’amis, et avoir un travail qui lui plait. « Mon seul souhait c’est de réussir dans la vie, d’être comme tout le monde. » Des souhaits en rien différents de n’importe quel adolescent de 15 ans et pourtant, il ne faut pas oublier qu’une des caractéristiques principales de l’autisme, c’est une interaction sociale et une communication difficile. Pour Guido, c’est dur de faire le premier pas, d’aller vers les autres, et il a parfois l’impression d’être à l’écart à cause de cette difficulté.

 «Il ne faut pas nous [les personnes autistes] ignorer».

Image

En plein effort de compétition.

            Les conseils qui lui apportent la psychologue qui le suit lui sont bénéfiques, car ils lui permettent d’appréhender le monde différemment, plus sereinement, et de lui donner de simples astuces ne serait-ce pour aborder de nouvelles personnes. Optimiste et battant, chaque petite victoire est un souffle d’espoir pour cet adolescent plein d’ambitions qui ne laissera pas l’autisme lui empêcher d’atteindre son but.

Lotte KOERHUIS
n° 21109236

Publication : SantéMagazine

 

 

 

 

 

 

 

 

Presse et Rédaction Journalistique — Cours 1

Voici le Powerpoint (en PDF) pour notre premier cours qui comprend une introduction, une discussion des définition des mots « journalisme » et « journaliste » ainsi que les idées de « hard news, » « soft news, » et « information en ligne. »

Cours 1: Presse et rédaction journalistique

DEVOIR

Merci de réfléchir aux sujets pour vos deux articles (date de limite à préciser bientôt):

1) Un article sur un événement médiatique/un lancement/une nouveauté

2) Un portrait sur quelqu’un que vous connaissez qui fait quelque chose « extraordinaire » ou au moins unique…on proposera les sujets en classe ensemble.

La tablette au banc d’essai au collège,

Le collège Saint germain, Drancy en Seine Saint Denis, s’apprête à faire rentrer le numérique dans les classes des collégiens. Après les professeurs ayant chacun reçu un IPad en juin dernier, la directrice va « donner » une tablette aux élèves de 6eme, une démarche pas totalement acceptée des parents.

Ecole_privé_catholique_Saint-Germain_Drancy

La directrice Mme Colombo en place depuis l’année dernière a mis en place le projet de distribuer (de par l’achat des parents) des tablettes aux sixièmes pour dans un premier temps tester l’intérêt des tablettes avant d’étendre le projet à tout le collège. Elle a créé ce projet avec ses collaborateurs sans concertation des parents : elle a acheté les IPad en avril et compte vendre aux parents un IPad et sa coque pour 430 euros (ce tarif a été annoncé dans un premier temps aux parents mais lors d’une réunion, les parents de par la somme importante ont préféré un paiement en plusieurs fois ce qui a conduit la directrice a donner un nouveau prix de 14,50€ par mois pendant 30 mois ce qui amène la tablette à 435 euros). Ce manque de transparence pose problème aux parents. Le collège Saint-Germain est en effet un établissement privé, les parents paient pour que leurs enfants fréquentent cette école, ils demandent en retour un droit de regard sur les décisions qui vont affecter leurs enfants.

Ce projet novateur lève un certain nombre de questions : Pourquoi une tablette déjà obsolète (l’iPad qui sera utilisé par les élèves sera l’IPad 2 alors que le dernier sorti est l’IPad Air qui est sorti en Octobre, la dernière génération est la 5) ? Mais ce qui concerne le plus les parents est la présence de 30 tablettes dans la classe toute reliée au wifi est-elle dangereuse ? Et une fois sortie de l’école, comment ne pas avoir peur de laisser dans la rue un 6ème, seul avec un objet valant 400euros et de la marque Apple?

La directrice a fait le choix d’une tablette Apple de par les avantages au niveau de la connectivité et les possibilités éducatives notamment au niveau des applications. La possibilité de créer une espace intranet commun à l’école a aussi été un des facteurs décisifs. Cependant les parents sont plus inquiets pour la santé de leurs enfants et leurs sécurité que de l’utilisation faite des tablettes.

Monsieur L, pendant l’une des réunions aux sujets des tablettes, se demande « si les ondes sont mauvaises pour nous est-ce que cela est pertinent de soumettre nos enfants à cela dans l’enceinte de l’école. »

Car la sécurité est le point le plus problématique pour l’ensemble des parents concernés, et de façon assez surprenante aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du collège. Les parents soulèvent le problème des ondes : comment est-ce que 30 IPads allumés et connectés au réseau wifi peuvent être inoffensif, beaucoup se demandent. La directrice soutient que l’équipement prévu et déjà installé va dans ce sens-là, une fois internet utilisé, la borne wifi sera éteinte dans la classe et cela réduira les risques de problèmes.

Madame F a déclaré : La sécurité est ce qu’il a de plus important à mes yeux et une jeune fille de 12 ans avec 400€ dans son sac d’école est un peu terrifiante.

Mais le problème se pose aussi à l’extérieur car le collège situé en plein milieu de la ville de nombreux élèves prennent le bus ou viennent à pied à l’établissement, alors comment ne pas craindre le racket. Certains parents proposent de créer des groupes mais d’autres pensent au contraires que cela serait pire et en ferait une cible plus attirante, les agresseurs auraient alors accès à plusieurs tablettes d’un coup.

Le plus surprenant dans cet affaire c’est que le corps professoral n’est pas plus prêt pour cette nouveauté.

Monsieur C, un professeur d’histoire – géographie témoigne « avoir du mal à utiliser la tablette, dans le cadre du cours.»

Seul la directrice semble totalement à l’aise avec la technologie dans le cadre de l’enseignement donc pourquoi en équiper tout le monde d’un coup plutôt que morceaux par morceaux.

Toutes ses divergences soulève donc un problème peut-être plus large, le milieu scolaire accueille des élèves avec des horizons très différents et si dans un établissement dont les parents approuvent la ligne pédagogique cela pose problème, le numérique n’a peut-être pas sa place dans la salle de cours pour l’instant.

Mandine Fraboulet,

Pour le Parisien – Rubrique Société ou Actu,

Crédit de la photographie : Ykmyks

A lire avant de publier votre article…

exemple.page.blog.devoir

 

Voici l’image qui vous guide pendant votre devoir. Vous y trouverez tous les éléments pour rédiger vos articles sur le blog.

Éléments clés:

– Titre

– Texte de l’article

– Photo

– Mots clés

– Chapeau (dans le champs « Extrait)

– Image à la une

Et n’oubliez pas…

– SIGNER votre article avec votre NOM et prénom

– Dites-nous la source pour les photos (Google Images n’est pas une source d’une photo…il y a toujours un site web affilié avec la photo…)

– Dites-nous la publication envisagée pour votre article

– 500-850 mots pour un événement

– Pas plus que 1000 mots pour un portrait…