Le rugby Africain, une histoire de famille… et d’engagement !

Lola est un petit bout de femme de 23 ans, au gros caractère et au grand cœur. Originaire du sud de la France, elle a pourtant grandi en Afrique. Aujourd’hui, elle nous raconte l’histoire peu commune de sa famille, qui s’est engagée à développer le rugby africain depuis 17 ans, à travers le combat d’un homme : son père, Jean-Luc Barthès.

Photo prise par Lola en en Afrique du Sud.

  • Pouvez-vous nous raconter votre histoire avec l’Afrique ?

Elle a débuté lorsque j’étais toute petite. Grâce au travail de mon père, j’ai grandis entre le Maroc, le Sénégal, l’Afrique du Sud et Madagascar. Ma mère, mes sœurs et moi avons vadrouillé toute notre enfance pour suivre mon père, directeur de Rugby Afrique depuis 2000.

  • Au sein de Rugby Afrique, quel a été le rôle de votre père ?

    Lola et son père en 2014, à Madagascar

En 1995, mon père se rend à Pretoria, dans un bureau face à Nelson Mandela… Et signe avec lui un accord d’entraide entre l’Afrique du Sud et le reste de l’Afrique. Tout est parti de là. Cinq ans plus tard, il est nommé directeur de la confédération Africaine de Rugby. Son rôle était de développer le rugby sur le continent, de former des hommes et des femmes capables d’entraîner des équipes, d’arbitrer, d’animer des matchs… Mais aussi de former les jeunes, d’ouvrir ce sport aux jeunes filles et de construire les équipes de demain.

  • Son engagement a t-il fait évoluer les choses ?

Oui, énormément ! Nous sommes passés de 5 fédérations en 2000 à 49 maintenant, et le chiffre ne cesse d’augmenter ! Aujourd’hui, le nom de mon père, que l’on surnommait « l’Africain » est connu de tout le continent. A Madagascar, les gens s’arrêtaient dans la rue pour le saluer et prendre une photo avec lui, comme une vraie rock star !

  • Pourquoi avez-vous continué dans les pas de votre père ?

Parce qu’il a créé un lien unique entre l’Afrique et moi. Il y a un an, il nous a quitté subitement et a laissé derrière lui son héritage : le rugby africain. Quand il est parti, nous avons reçu des centaines de messages de l’Afrique tout entière. C’est là que nous avons réalisé à quel point il avait changé la vie de milliers de personnes. C’était donc à nous, sa famille, de prendre sa relève. Pour moi, cela représentait une immense fierté. Qui pourrait se vanter d’être la fille de l’homme qui a fait découvrir le rugby à l’Afrique ? J’ai donc continué son combat. Tout comme ma famille. Ma mère repart vivre à Madagascar et ma sœur débutera ses études en Afrique du Sud l’an prochain.

De g. à d. : Jean Luc Barthès, son petit-fils et son fils d’adoption, Mamad.

  • Quel est votre plus beau souvenir de l’Afrique ?

Celui de Mamad, un jeune malgache de 12 ans. Mon père nous l’a présenté comme étant son « fils d’adoption ». Il venait tous les jours l’aider lors de la préparation des entrainements et des matchs. Les années sont passées et ils ne se sont jamais quittés. Mamad a eu un parcours difficile, il a fait de la prison et a disparu de longues années mais mon père l’a toujours aidé. Quand Mamad lui a présenté son « petit fils », mon père a décidé de lui payer ses frais de scolarité jusqu’à sa majorité, et il a offert un taxi à Mamad pour l’aider à reconstruire sa vie.

  • Aujourd’hui, quel est votre lien avec Rugby Afrique ?

Depuis trois ans, je suis directrice de communication. Je suis également web designer, community manager, réalisatrice… Il faut savoir être multitâches !

  • Comment êtes-vous parvenu à ce poste ?

Encore une fois, je le dois à mon père. En 2014, il m’a offert la plus belle opportunité de ma vie : tourner un film documentaire à Madagascar, temple du rugby. Je venais de terminer trois années d’études dans la réalisation cinématographique. Mon film a beaucoup plu, j’en ai profité pour demander un poste.

Lola, travaillant lors d’un match au Kenya.

  • A quels mots pensez-vous spontanément lorsque je vous dis : Afrique puis Rugby Africain ?

Maison et partage.

  • Où vous voyez vous dans 5 ans ?

Au Cap, en Afrique du Sud ! Cette ville et moi sommes profondément liés.

  • Pensez-vous un jour « entraîner » votre famille en Afrique, comme l’a fait votre père ?

Sans aucun doute ! Mon père m’a appris la vie le jour où il m’a présenté l’Afrique. J’ai découvert l’humilité, l’amour, la solidarité, le partage. Je souhaite que mes enfants grandissent dans ce même environnement.

Propos recueillis par Déborah Bernard. 

Pour en savoir plus sur Lola Barthès : rendez-vous sur le site de Rugby Afrique.

(Publications envisagées : revues spécialisées sport/rugby. Presse régionale, rubrique portrait (par exemple, dans les journaux de Castres et Toulouse, ville d’origine de Lola et sa famille), mais aussi pourquoi pas dans la presse régionale africaine).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s