La femme Palestinienne en France

Houria El-Far, ancienne présidente de l’Union des Femmes Palestiniennes en France; née à Jérusalem, la ville qui a ancré de beaux souvenirs dans son esprit ; elle parcourut le monde avec sa famille dans la diaspora comme d’autres nombreuses familles palestiniennes.

 

houria el far

Titulaire d’un diplôme en génie civil et urbanisme de l’Université Jordanienne, mais elle aurait préféré poursuivre ses études dans le domaine du journalisme ; fascinée par l’écriture tout en ayant la profonde conviction que chaque être humain porte en lui une énorme beauté entre les plis de son âme.

Elle vit actuellement avec sa petite famille à Paris, et gère des petits jobs en plus de sa pratique du journalisme, elle écrit des articles dans tous les domaines, des nouvelles et de la poésie, et partage ses œuvres dans plusieurs sites.

Quelles sont les convictions de Madame El-Far ?

L’aliénation a influencé ma vie, et ma présence dans de différentes sociétés a construit ma vision de la vie ; j’ai vécu dans des sociétés totalement différentes l’une de l’autre, et peut -être que ma présence sur Paris, en particulier, a eu un impact dans l’adoption de certaines opinions.

Je vois Paris comme une mini planète qui enlace une multitude de nationalités et de religions, tous les sens de la beauté se manifestent, venant de l’Est et de l’Ouest, c’est l’une des plus belles villes dans le monde ; Nous pourrons trouver dans des villes du monde arabe, la même base de beauté mais cette beauté est perdue, au lieu de voir la couleur des roses, on trouve malheureusement la couleur du sang, je rêve de l’idée de vivre dans la paix, cohabiter et coexister pour le développement de l’humanité et non pas pour la tuer, car les émotions humaines n’ont pas de patrie, d’identité ou de religion.

Comment Madame El-Far interagit avec le milieu où elle habite ?

Je considère que je vis dans deux milieux différents, un milieu natal arabe d’où mes racines, et l’autre, au sein de la société française ; j’ai des amis qui viennent du monde entier, et je trouve un grand plaisir à communiquer avec eux, et de connaître leurs idées et leurs traditions différentes ; je ne crois pas avoir été heurtée pour une raison religieuse ou idéologique, au contraire, on essayait de clarifier nos opinions d’une manière très civilisée, et je crois aux rapprochement des religions.

Où se tient la cause palestinienne dans votre pensée ?

Je pense que tous les Palestiniens ont la même position, mais la manière de l’exprimer varie d’une personne à une autre. La Palestine, une préoccupation pour nous tous, c’est notre patrie, notre identité, et notre terre pure et riche avec ses figues, ses oliviers, ses vignes de raisin. Mais au niveau de la politique, je n’en ajouterais pas plus, parce que je déteste la politique incompatible avec l’humanité.

Comment regardent les gens la femme arabe, notamment la femme palestinienne et sa cause ?

Cela dépend des gens, il y la classe instruite, il y la classe à culture inférieure, et il y a la classe qui compte sur les médias pour obtenir les informations ; pour certains, la femme arabe est opprimée, n’a pas de rôle actif dans sa communauté, et pour d’autres, la femme arabe est puissante qui a un grand rôle dans la construction de la société.

La situation est similaire pour la cause palestinienne, il y a ceux qui sont en faveur de l’entité sioniste et soutiennent l’entreprise coloniale, et il y a ceux qui croient que la cause palestinienne est légitime ; la classe à culture inférieure, ne savent peut-être pas où se situe La Palestine sur la carte, pour eux les femmes arabes portent le hijab sur la tête et c’est tout.

Est-ce que « l’humanisme » peut changer avec la diversité humaine et ethnique ?

La différence de peuples, de sectes, de religions et de couleurs; nous sommes tous humains et nous vivons avec et nos émotions; arriver au sommet de la civilisation est notre objectif commun ; Mais les politiciens ont transformé cette voie pour atteindre leurs intérêts. Bien sûr, cette distinction est clairement présente dans les pays bénis des grandes richesses, le racisme est partout. En Egypte, le conflit entre musulman copte, en Jordanie, entre palestiniens et jordaniens, musulmans sunnites et chiites, chrétiens orthodoxes, catholiques ou protestantes ; et c’est malheureux.

Et la patrie ?

Je l’aime, malgré les nuits sombres, les amertumes, et les entraves ; je t’attends toujours chère Palestine.

Mohammed AWAD

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s