La prépa, « un monde à part »

Chaque année des bacheliers décident d’intégrer les bancs studieux et rigoureux de la prépa. C’est un monde de stress, deux ou trois ans de pression et de travail auxquels il faut se préparer. Parmi ces élèves excellents se cachent des élèves atypiques dans un monde de « fils et filles de ».

Mehdi vient d’intégrer depuis septembre une école d’ingénieur. Avant cela il était à Saint Louis une prépa scientifique publique, le seul lycée en France consacré uniquement aux préparationnaires. Dans un monde ou les élèves sont pour la plupart enfants de professeurs, de médecins, d’ingénieurs et de cadres, Mehdi lui est originaire d’Aubervilliers. Il est passé rapidement d’un lycée « où personne ne notait jamais les cours » à un monde où la prérentrée sert d’heures supplémentaires au programme de maths. Il a vécu deux ans à côtoyer tant bien que mal les codes et les usages d’un monde bien à part. Pour comprendre à quoi ressemble la vie après le bac pour ces élèves, il faut partir à leur rencontre et les écouter raconter leurs anecdotes.

La prépa, c’est « la vie sur pause », témoigne Louise, une élève de BCPST, la filière biologique du Lycée Saint-Louis.

« On sait que c’est dur, et on est là pour faire que ça, pendant deux ans ».

Leurs professeurs les ont prévenus, « ils ne sont pas là pour s’amuser ». Ce sont deux ans à compter les jours, il n’y a pas de vacances, pas de repos. Les jours se ressemblent et chaque instant est optimisé pour travailler. Louise a 19 ans, elle était la meilleure de sa classe jusqu’en terminale et aujourd’hui, elle se bat pour obtenir un bon classement. En fin de première année, elle craquait et racontait qu’il lui restait « encore deux semaines » avant les vacances d’été comme si c’était interminable.

5f0d48f0-4bb5-47d2-90e0-4af01bdccaa5©mathprepa.fr

Les écoles préparatoires sont des écoles en deux ans qui préparent aux concours des grandes écoles. Il existe différent types de prépa : littéraires, économiques et scientifiques… Parmi les prépas scientifiques les filières sont nombreuses : PCSI (Physique Chimie et Science de l’Ingénieur), MPSI (Mathématiques, Physique et Science de l’ingénieur), BCPST (Biologie, Chimie, Physique et Science de la Terre), ECS (Economique et Commerciale option Scientifique)… Les dossiers scolaires des postulants sont scrutés attentivement et seuls les meilleurs sont sélectionnés. Favorisant ainsi la création d’une élite.

Les préparationnaires ont tous les mêmes objectifs et si vous les interrogez, ils répondront tous « l’X ». L’X, c’est Polytechnique, le saint Graal. Certains peuvent réellement y prétendre, d’autres concentreront davantage leurs efforts vers des écoles comme Les Ponts et Chaussées, les Mines, les Centrales… Des écoles tout aussi reconnues à l’international. Les BCPST, les « bios » visent des écoles différentes comme Agro Paris Tech ou Véto (école vétérinaire). Les ECS préparent quant à eux, les concours des écoles de commerce, c’est la « prépa HEC ». Ce sont les seules filières au lycée Saint Louis où il n’y a pas d’étoile. Cette dernière distingue de nouveau les élèves, les meilleurs premiers années peuvent intégrer une deuxième année étoile. Ils iront plus loin dans le programme et seront « mieux » préparés au concours.

Pour beaucoup, ces élèves titulaires d’une mention Très Bien repartent les compteurs à 0. C’est là qu’est la difficulté. La proviseur tient toujours à les avertir en début d’année.

« Ce sera dur, d’abord parce que vous allez travailler comme vous n’avez jamais eu besoin de travailler et puis moralement parce que si jusqu’à maintenant vous avez tous toujours été les premiers, ici il faudra bien aussi un premier et un dernier. »

Durant l’année scolaire 2015/2016, sur 147 élèves de BCPST, 20 ont abandonné en cours d’année. Ils abandonnent parce que c’est dur moralement et physiquement. Ceux qui restent décrivent « qu’ils se battent parfois avec l’envie d’abandonner mais que temps qu’ils tiennent ils préfèrent continuer ». Il faut apprendre à gérer les mauvaises notes, les échecs et la pression des DS. Chaque samedi les préparationnaires ont un devoir sur table type concours. Il faut alors apprendre à gérer la frustration du temps.

« Il est impossible de finir les DS, mais comme c’est un concours avec un classement c’est à celui qui répond le mieux au plus de questions » explique Mailis élève de deuxième année de BCPST.

Il est plutôt commun que les élèves aient un an d’avance. Hugo, élève de MP* originaire de Savoie, a lui deux ans d’avance. Humblement, cela lui semble normal d’être entré à seulement 16ans en étude supérieure. Il est par ailleurs classé 7ème au championnat français d’échec. Alors pour pimenter le jeu, il joue à l’aveugle, dos à l’échiquier contre trois adversaires, qui eux regardent le jeu et réussit malgré tout à les battre.

Ils ont aussi leur propre code. Parfois certaines conversations sont brouillées par des mots que quelqu’un de l’extérieur ne saisit pas tout de suite. « Lui est un cinq-demi », dit une élève à propos d’un autre élève. « Un cinq-demi » ? C’est un élève qui « cube », qui redouble sa deuxième année parce qu’il n’a pas obtenu l’école qu’il voulait intégrer. On explique alors que ça part d’un calcul : X (Polytechnique) est la meilleure école que l’on puisse espérer obtenir, en calculant l’intégrale de X de 2 à 3. Vous entendrez aussi parler des « Sups » et des « Spés », qui sont respectivement les premières et deuxièmes années. Enfin, les « Colles » de plus, sont des interrogations orales que les préparationnaires ont toutes les semaines en petit groupe de trois face à un colleur. Pour l’anecdote qui amusent les élèves, au lycée Saint-Louis, les salles de Colles sont des petites salles alignées dans un couloir qui s’est longtemps appelé « Le couloir de la Mort ».

La prépa est exigeante envers ses élèves, elle demande une certaine autodiscipline dans le travail mais aussi dans le comportement et l’assiduité. Les élèves peuvent s’absenter mais ils prennent à leur charge le rattrapage des cours. Ils ont donc à coeur de ne pas les manquer.

« Je manquais de tomber dans les pommes tellement j’avais de la fièvre, mes yeux de fermaient tout seuls, mais je voulais absolument aller en cours » raconte Chloé, une élève de 2ème année en BCPST à propos de sa grippe de l’an dernier.

C’est d’ailleurs un des travers de ce milieu élitiste qu’est la prépa. Il s’agit d’un comportement implicite basé sur un comportement induis d’une éducation scolaire stricte.

Ceux qui n’ont pas ces codes, sont de suite « catégorisés ». C’est le cas de Mehdi, qui très intelligent n’avait jamais eu besoin de travailler avant son entrée en prépa. Avec un bon dossier scolaire, il avait intégré Saint-Louis en MPSI à la rentrée 2014. Si ses professeurs reconnaissent qu’il est « futé » son attitude lui a souvent été reprochée jusqu’à sa façon de s’habiller. En première année, il faisait les allers/retours tous les jours entre le 6ème arrondissement et Aubervilliers car il n’avait pas appréhendé la charge de travail. En deuxième année la CPE avait finalement appuyé son dossier pour qu’il intègre l’internat.

Au moment des concours, Mehdi était stressé, il a compris la chance qu’il avait eu d’entrer à Saint-Louis et regrettait de ne pas l’avoir saisie plus tôt. Lorsqu’arrivent les résultats d’admissibilité, il n’avait pas les écoles auxquelles il aurait pu prétendre s’il avait travaillé plus mais, positif, il tenait à prouver sa bonne volonté en travaillant ses oraux et en se présentant à tous les entretiens « même ceux des écoles qu’il ne voulait pas ». Finalement, les résultats définitifs sont tombés et cela ne lui convenait pas tout à fait. Il a demandé à faire 5/2 et si l’administration le soutenait, son professeur principal s’y est opposé prétextant que c’était « impossible » et ce, quelques jours à peine avant la rentrée. Il a malgré tout intégré une école qui finalement lui plait mais tout montre bien ici que si la prépa n’a rien d’évident, elle l’est encore moins pour ceux qui n’ont pas les « codes ».

Philippine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s