Mais qui es-tu, le sport universitaire Français?

On en entend beaucoup parler via le prisme nord américain. Cependant il semble presque inexistant dans le pays. à l’heure ou la France n’a d’yeux que pour L’Euro 2016, Zoom sur l’état du sport universitaire en France.

treadmill-1201014_640

Il y a un an, l’université québecoise de Manitoba à annoncé quelque chose de surprenant. Le Quiddich, sport issu et popularisé par la saga Harry Potter allait être proposé aux étudiants en tant que sport universitaire. Non non, restez ce n’est pas un poisson d’avril. La mesure laisse perplexe mais elle met le sport universitaire en lumière dans le monde. Ce dernier joue un rôle prépondérant en Amérique du nord. les départements de sports sont choses courantes dans les universités et la plupart des grands sportifs américains ont suivi un cursus universitaire.

Mais quel est le cas de la France ? Le sport universitaire est-il vraiment considéré ? Il est intéressant de voir que depuis le début de l’année, il s’offre un peu de visibilité. En effet la radio RMC à lancé en partenariat avec la fédération française de sport Universitaire, le premier championnat de France universitaire de foot à 5.

Néanmoins, le contraste de développement est plus que visible. La France au niveau de l’enseignement à toujours privilégié la culture de l’esprit à celle du corps. Cela se ressent a travers le nombre de licenciés du sport universitaire. En 2015 la fédération comptait près de 110 000 licenciés.

Un chiffre assez évocateur de la place qu’a le sport universitaire en France. Mais qui n’étonne qu’a moitié les propres acteurs du domaine. « Malheureusement ce chiffre ne m’étonne pas. Connaissant le milieu et en y étant confronté durant mon quotidien je suis témoin de cette marginalité » explique Johnny, Étudiant en 3eme année de licence, pratiquant le Handball dans le club de l’université Paris-Sorbonne.

xbw

L’équipe de handball de l’université Paris Sorbonne.

« Quand je suis entré à l’université, j’ai du chercher assez longtemps pour trouver l’endroit ou je pouvais pratiquer du sport à la fac. » Johnny pose la, un problème de communication. Les universités ne communiquent pas assez sur leurs structures sportives. Un problème de visibilité qui se traduit sur les réseaux sociaux. La page Facebook de la fédération ne compte qu’environ 5000 membres et 645 abonnés Twitter quand l’équivalent américain, la NCAA en compte environ 1,5 millions.

« Bien sur qu’on ne demande pas un traitement américain. Mais il y a potentiel à faire mieux. On part de tellement bas. On ne parle par exemple jamais des événements liées au sport universitaire. Les partenaires sont trop peu nombreux ».

En discutant avec Rida, éducateur sportif dans les universités C’est un autre aspect qui est pointé du doigt. Les infrastructures. « Les infrastructures sont insuffisantes pour permettre au sport universitaire de se développer.  ». Ce qui contraste clairement avec les ce dont les américains disposent. S’expliquant par ailleurs par des budgets pharaoniques. En 2008, ce dernier était d’environ 5 milliards de dollars.

Sans vouloir divulguer le budget national, un représentant de la FFSU contacté par téléphone explique cette différence. « Notre budget est constitué de subventions de l’ État ainsi que la vente de licences. les américains eux ont les droits télé qu’ils vendent dans plusieurs pays, ce qui leur permet d’améliorer considérablement leur structures. Sans compter les frais d’inscriptions bien plus importants. Notre modèle actuel ainsi que les restrictions économiques ne nous permettent malheureusement pas d’améliorer considérablement nos structures.»

En France, les compétitions sont organisées dans les gymnases municipaux tandis qu’aux USA, chaque établissement disposent de gymnases, stades ou salles de grande capacités. Favorisant ainsi la diffusion télé. Seul l’INSEP en France s’impose comme étant un pole de compétitivité et de formation de qualité.

Ce qui revient souvent, c’est aussi le manque de personnification du domaine. « Le manque d’icônes est tout autant préjudiciable. Les jeunes ne savent pas à qui se référer sur le sport universitaire  Aux États Unis les plus grands ont œuvré pour le sport universitaire, ici on ne sait même pas qui y est affilié ». Pourtant, des grands sportifs, il y en a eu, l’équipe de France à accueilli des personnalités comme le champion de Kayak Tony Estanguet et l’escrimeuse Laura Flessel.

À l’heure ou Paris à officiellement annoncé sa candidature pour obtenir les Jeux Olympiques de 2024, le sport universitaire attend toujours qu’on s’occupe de lui. Malgré son obscurité et des difficultés à se renouveler, les acteurs sont toujours la pour faire vivre ces étudiants passionnés par le sport.

Hedi Menni

700 mots (Hors chapô et légende photo)

Crédits photos : Pixabay; Hedi Menni

Publication envisagée : Vice Sports, L’équipe magazine

 

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Sport. Bookmarquez ce permalien.

2 réflexions sur “Mais qui es-tu, le sport universitaire Français?

  1. Très bien fait. Vous avez réussi à me convaincre de votre sujet avec les liens aux actualités même si votre sujet s’agit plus d’un manque d’événement qu’un événement. Mais c’est tellement bien fait que cela ne gêne pas du tout. L’article est cependant un peu court, et j’aimerais savoir du coté administratif s’il y a des choses qui empêchent le sport universitaires. Quel est le budget ? Quels sont les infrastructures existantes ? Est-ce que tout cela peut changer ? Est-ce que quelqu’un FAIT quelque chose afin d’adresser ces questions ? Vous identifiez une problématique, mais est-ce que quelqu’un fait quelque chose ? -BP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s