La « Passion » du Châtelet pour les musicales américains

PASSION ENCART

Le musical de Stephen Sondheim met en scène trois personnages embrigadés dans une passion amoureuse au dénouement tragique. Passion, une nouvelle production de Jean-Luc Choplin, « made in Châtelet », mise en scène par la comédienne Fanny Ardent et interprétée par Natalie Dessay.

À Milan en 1863, le jeune capitaine Giorgio Bachetti entretient une liaison avec une femme mariée, Clara, à la beauté envoûtante. Ce dernier est muté dans une autre garnison. Leur séparation est douloureuse.

Giorgio est hébergé par le Colonel dont la cousine, Fosca, souffre d’une profonde dépression et est fort laide. Cette dernière tombe maladivement amoureuse du capitaine.

passion ch

Clôture d’un cycle Sondheim

Pour la cinquième fois, le compositeur et parolier américain, Stephen Sondheim, est à l’honneur au Châtelet après ses chefs d’œuvres tels que A little night music, Sweeney Todd, Sunday in the Park with George ou encore Into the Woods.

Jean-Luc Choplin, directeur du Théâtre du Châtelet depuis plus de dix ans, propose un programme marqué par un goût prononcé pour des œuvres anglo-saxonnes. Depuis son élection la programmation est tant éclectique qu’internationale, souhaitant décloisonner les arts en jouant sur la découverte et l’expérimentation.

Passion est une des œuvres les plus rares de Sondheim, « récapitulée » par Umberto Eco comme « l’histoire d’un homme qui tombe amoureux d’une femme laide, malgré sa laideur, que pourtant il ne peut supporter ». Inspirée du film Passione d’amour d’Ettore Scola (1981) et du roman Fosca d’Iginio d’Ugo Tarchetti (1869), les influences italiennes sont palpables.

L’auteur place son œuvre entre « la théâtralité familière d’un musical et l’extravagante flamboyance d’un opéra ». Ce bijou lyrique transporte le spectateur. 40 musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, dirigés par Andy Einhorn, se chargent de la complexe mélodie, performance saluée par le New York Times.

L’actrice et comédienne Fanny Ardent est en charge de la mise en scène qui joue sur les contrastes, à la frontière du théâtre et du cinéma. Le parti-pris est le mystère. Envoutée par une ardente passion, Fanny Ardent propose des corps nus qui virevoltent, des silhouettes qui apparaissent et s’envolent, des voix sans corps et des corps sans voix.

passion groupe

Un duo tragique à la chute inexorable

La particularité de cet opéra réside dans la gravité et l’intensité du sujet mêlant la passion au tragique. Suivant le rythme crescendo du musical, le drame s’installe : un triangle amoureux dans lequel se retrouve écartelé un homme et deux femmes que tout oppose.

Fosca s’abandonne à un romantisme ténébreux et déchirant. Blessée dans son passé par un homme, elle sombre dans la folie passionnelle. Morte après avoir aimé, après avoir cru être aimée, la passion l’emporte. « La mort est là, qui frémit et qui accueillera la destinée de Fosca, morte après avoir aimé. Quelle passion vertigineuse !» confie la journaliste Hélène Kutner.

Giorgio, interprété par Ryan Silverman, séduit autant qu’il attire la pitié. Charmant et élégant, lui-seul peut contrôler la folie de Fosca. Pourtant il ne parvient pas à la repousser et cette faiblesse, l’entraine avec elle dans sa chute.

Comme le souligne Arnaud de Cazenove, 32 ans, ayant assisté à la représentation : « finalement, c’est une vision très négative de la passion amoureuse puisque menant à l’auto-destruction et à la destinée tragique… « .

trio passion.jpg

Une production originale en VO

Au fil de l’opéra les personnages prennent vie, ils deviennent tour à tour des êtres pourvus de souvenirs. Bien que l’histoire nous transporte au 19ème siècle, le discours s’inscrit parfaitement dans un contexte contemporain. On parle des femmes, du féminisme, des relations amoureuses et humaines.

Concernant les costumes, les femmes sont vêtues de longues robes bouffantes pourvues de volants, de corsets et de gros jupons blancs. Quant aux hommes, ils sont parés d’élégantes redingotes ou de sinistres uniformes militaire. Le décor est sobre et la scène est plongée dans la pénombre, les jeux de lumière et les couleurs vives des robes apportent du dynamisme à la pièce.

Malgré ce style 19ème, la production du Châtelet n’a pas pris la poussière, les pas de danse, les chants parfois joyeux parfois mélancoliques font vivre la pièce aux spectateurs, on pouvait alors entendre des rires ou des longs silences traduisant l’intense émotion de ces derniers.

Aussi, étant en anglais, le spectateur est obligé d’être très attentif au risque d’être perdu, du moins pour les moins anglophones. Certes les sous-titres aident à la compréhension mais parfois le tout peut sembler confus et difficile à suivre. Le public est demeuré attentif durant toute la représentation, sensible aux émotions transmissent par les comédiens.

Au regard du torrent d’applaudissements, il semblerait que la pièce fut très appréciée. Le Châtelet continue de surprendre en avril en proposant Carmen la Cubana, la Carmen de Bizet en version cubaine : une bonne raison de retourner au Châtelet !

Compléments :
Durée : 1h45 sans entracte
Passion sera diffusé sur France Musique le 23 avril 2016 à 19h dans l’émission « Samedi soir à l’Opéra » présentée par Laurent Valière

Philippine Bardi de Fourtou

Nombre de mots : 698
Crédits photos : © Marie-Noëlle Robert – Théâtre du Châtelet
Lieux de publication : Télérama, Le Parisien, L’Express

Publicités

2 réflexions sur “La « Passion » du Châtelet pour les musicales américains

  1. Pas mal du tout. Vous avez bien adressé mes commentaires, mais il nous manque toujours un peu de vie dans votre article. Vous n’avez pas de source, ni de citation de quelqu’un (vous évoquez Eco qui est mort et l’auteur – donc Sondheim ?). Il faut avoir une source plus originale, quelqu’un avec qui vous avez pu parler. Et si vous avez assisté au spectacle, montrez-nous un peu plus le théâtre, la réaction du public, la scène. Dire que les vêtements sont « anciens » ne nous montre pas grande chose. Essayez de modifier l’article une dernière fois afin de le rendre plus original et plus vivant. -BP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s