Video City, YouTube Red.. Vers la fin du YouTube gratuit ?

image1-2

Cet événement, présenté en France pour la première fois, était attendu avec impatience. Le phénomène avait déjà poussé les Etats Unis et l’Angleterre à organiser des conventions afin de satisfaire un public de plus en plus large.

En arrivant à la Villette, on comprend tout de suite l’ampleur du phénomène. Une file d’attente interminable pour rentrer dans le Palais des Conférences, des esprits qui s’impatientent, bref le ton est donné dès le début de la journée.

Une fois à l’intérieur, on ne sait plus trop où donner de la tête. D’une part parce que les stands sont nombreux (ateliers créatifs, espace gaming, boutique..), d’autre part car il y a foule et que chacun est déterminé à voir son Youtubeur préféré.

Car depuis quelques années, ce qui était au départ une simple plateforme de partage de vidéos en streaming, une nouveauté lors du lancement du site en 2005, s’est depuis transformée en véritable business.

Qu’il s’agisse de sketches humoristiques, de vidéo DIY ou encore de tutoriels beauté, l’une des qualités qui semble le plus attirante au premier abord est la gratuité. En effet, YouTube tire ses principaux revenus de la publicité, ce qui lui permet de créer du contenu médiatique sans demander le moindre sou à ses visiteurs.

Ce qui plaît notamment à Anaïs, 21 ans et abonnée à de nombreuses chaînes sur Youtube, c’est le côté interactif et et la sensation de proximité qu’elle peut ressentir vis-à-vis des créateurs de contenu qu’elle regarde. Ces deux choses sont propres aux nouvelles personnalités qui se font connaître sur internet et entrent en opposition avec l’aura d’inaccessibilité des stars de la chanson ou du cinéma.

‘Je ressens une réelle proximité avec les youtubeurs que je regarde. Pour beaucoup j’ai l’impression d’écouter ou des fois de parler avec ma meilleure amie. On a l’impression de les connaître.’

Pourquoi alors un tel succès pour cette convention, qui affichait complet depuis déjà plusieurs mois?

Pour Anaïs, payer n’est pas un problème à condition de pouvoir être au plus près des créateurs de contenu. ‘J’ai trouvé la convention plutôt bien organisée. En revanche, payer 20 euros pour rester derrière des barrières.. On vient à ce genre de conventions pour rencontrer nos youtubeurs préférés, à quoi sert de tirer au sort des personnes ? Aux Etats-Unis ou en Angleterre, on paie mais on est sûr de pouvoir rencontrer qui on veut’

En effet, à Video City il faut gagner un concours pour espérer rencontrer son Youtubeur favori et avoir sa dédicace ou sa photo. Un tel procédé n’est-il pas contraire au principe même de YouTube, qui se veut accessible à tout le monde? Le business est-il en train de prendre le pas sur le partage ?

Le principe de la convention payante est d’ailleurs très différent de celui du ‘meet-up’ utilisé par beaucoup de créateurs de contenu. Le meet-up est gratuit et permet, si les participants ne sont pas trop nombreux, de donner à chacun sa chance d’échanger avec le Youtubeur ou de faire des photos, toujours dans cette volonté de proximité.

La question du business YouTube est d’autant plus d’actualité que la plateforme a annoncé il y a quelques semaines le lancement de YouTube Red, une sorte de version premium qui permet pour 9,99 dollars par mois d’échapper aux pubs et d’accéder à du contenu exclusif.

Pour Amélie, qui possède sa propre chaîne YouTube depuis 2011, il est dommage que YouTube se privatise de plus en plus. ‘YouTube devient de plus en plus ouvertement un business, ce qui peut entraîner une perte de libertés, à la fois pour les créateurs de contenu et pour les internautes.’

Anaïs, quant à elle n’est pas forcément séduite par cette nouvelle option payante :Je ne comprends vraiment pas l’intérêt de faire payer YouTube qui est à la base un réseau social, accessible à tous. A la base YouTube, c’est le partage et l’échange et non une machine à sous.’

Avec 25 000 visiteurs sur le week-end, Video City est un beau succès qui témoigne de l’intérêt grandissant pour les personnalités du net en France. Le public, majoritairement composé d’adolescents, est ressorti ravi de cette première édition. Le succès ou non de YouTube Red, bientôt disponible en France, sera peut-être l’occasion de mesurer les limites de l’expansion économique du géant américain.

Damien TESTU

700 mots

Crédit photo: Moi-même

Publication envisagée: rubrique ‘Pixels’ sur lemonde.fr

Publicités

Une réflexion sur “Video City, YouTube Red.. Vers la fin du YouTube gratuit ?

  1. Pas mal ! Vous citez des bonnes sources, on comprend un peu l’atmosphère de l’expo, et l’article est bien organisé. Des conseils – ajoutez un peu plus sur l’événement. Par exemple vous dites qu’il y a beaucoup de stands, donc combien ? Ces infos se trouvent sur le site j’imagine. Aussi l’attaque est bonne, mais il faut réintroduire le sujet de l’article dès le début. Même si on en parle dans le chapo, on ne peut pas être sur que le lecteur l’a lu. Donc dans le premier paragraphe, dites-nous encore une fois le titre etc. de l’expo. Et un dernier point – est-ce que vous avez connu des Youtubers « vedettes » ? Est-ce qu’il y avait quelqu’un très connu par exemple qui a participé ? Sinon cela reste un bon article. -BP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s