Les calanques : le paradis aux portes de Marseille

Vue sur la calanque de Sugiton depuis le belvédère (YLS)

Vue sur la calanque de Sugiton depuis le belvédère (YLS)

Une mer bleue azur, des pins battus par le mistral, des falaises calcaires encerclant des petites criques agrémentées de plages de galets… Qui croirait que ce paysage de carte postale, évoquant les Cyclades grecques, se situe dans un arrondissement de la 2e métropole française ? Les calanques de Marseille ne sont pourtant qu’à quelques kilomètres des immeubles du sud de la cité phocéenne. A la découverte de ce patrimoine naturel aux portes de la ville…

Les marseillais sont bien conscients de la chance que représente pour eux le massif des calanques. Depuis des siècles, ils y ont installé des cabanons, d’abord pour la pêche, avant de les dédier au repos dominical.

Le parc national : un moyen de protection

De Marseille à Cassis, le massif compte une dizaine de calanques, riches d’un patrimoine autant terrestre que maritime. La faune et la flore locales sont pleines d’espèces rares qui s’épanouissent dans ce milieu préservé. Mais jusqu’à quand ? La géographie accidentée du lieu, conjuguée avec l’afflux sans cesse croissant de touristes, tant par bateau que par les sentiers de randonnée, ont amené à se demander si ce petit coin de paradis n’était pas menacé. D’autant que les activités industrielles implantées aux alentours ont aussi un effet non négligeable sur la zone.

Autant d’inquiétudes plus que légitimes qui ont conduit au classement en parc naturel en avril 2012. Les calanques sont ainsi devenues le 10e parc national de l’Hexagone.

Si le massif offre de multiples possibilités de randonnées, en voici deux qu’il serait dommage de manquer.

Calanque de Sugiton (YLS)

Calanque de Sugiton (YLS)

La calanque de Sugiton

– Comment y aller ? En voiture, depuis Marseille, par la départementale 559. Un grand parking permet d’approcher au plus près son véhicule. L’accès en bus est aussi facile : le trajet ne prend qu’une petite demi-heure depuis le centre de Marseille (bus 21 direction Luminy). Sentier balisé au départ de l’université de Luminy (9e arrondissement).

 – La ballade : Tout commence par une promenade tranquille au cœur d’une petite forêt, avant d’emprunter un sentier abrupt en piqué vers la calanque. Un petit détour par le chemin du belvédère est plus que recommandé : à son terme, une vue époustouflante attend le visiteur. Panorama plongeant sur la calanque de Sugiton à gauche, sur celle de Morgiou à droite et vers le large tout devant. Avec sa petite crique protégée, son îlot de calcaire blanc et ses eaux transparentes, la calanque de Sugiton est à n’en pas douter une des plus belles de la côte. N’hésitez pas à piquer une tête pour rejoindre à la nage le rocher dit du « torpilleur » en raison de sa forte ressemblance avec un navire de guerre.

Calanque d'En-Vau (YLS)

Calanque d’En-Vau (YLS)

La calanque d’En-Vau

– Comment y aller ? En voiture, depuis Marseille, par la départementale 559 puis par la route de la forêt de la Gardiole. Accessible à pied depuis Cassis (en passant par Port-Miou). Sentier balisé, de la Gardiole comme de Port-Miou.

– La ballade : La calanque d’En-Vau est sûrement la plus imposante de toutes en raison de la hauteur de ses falaises, ce qui en fait d’ailleurs un site d’escalade très prisé. Le spectacle est au rendez-vous avant même d’atteindre la plage avec un sentier qui s’enfonce dans un étonnant défilé rocailleux. A l’entrée de la calanque, le rocher de la « petite aiguille » est taillé comme un château de conte de fée. Les nombreuses crêtes qui entourent la crique accentuent son côté sauvage. L’idéal est d’arriver sur la plage en fin de matinée pour profiter de la lumière éblouissante du soleil sur le site. Le détour par les calanques de Port-Miou et Port-Pin permet de découvrir les vestiges des anciennes carrières de pierre, bordées par les pins d’Alep en équilibre au-dessus de la Méditerranée.

Calanque d'En-Vau (YLS)

Calanque d’En-Vau (YLS)

3 conseils avant de s’aventurer dans le massif des calanques :

– vérifier la météo. En effet, l’accès peut parfois être interdit en cas de risque élevé d’incendie en période estivale. Se renseigner auprès des Offices du tourisme ou via l’appli myProvence.

– prévoir beaucoup d’eau. Les calanques sont des sites sauvages et naturels : ne vous attendez pas à trouver des buvettes ou des snacks au bord de l’eau. Après la baignade, il y a le retour…en montée !

– prévoir de bonnes chaussures de marche. Le défilé d’En-Vau ou la fin du sentier de Sugiton ne se font pas en sandales de plage.

Yoann Labroux-Satabin

Publication : guides de voyage, éditions régionales de newsmags nationaux, suppléments informatifs de prestataires de voyages.

Stratégie : partage lié aux comptes réseaux sociaux des prestataires de voyages, transporteurs (SNCF,OuiGo..).

Publicités

Une réflexion sur “Les calanques : le paradis aux portes de Marseille

  1. C’est bien écrit avec des belles photos en plus. Le lecteur voit bien l’intérêt de visiter ce parc, mais on a des questions. Pourquoi avoir choisi ces deux calanques et pas des autres ? Et pourquoi parler de ce sujet maintenant ? Quelle est la justification ou le news s’il y en a ? On veut simplement savoir s’il y a des actualités ici ou non. Sinon, le format de présenter les calanques (comment y aller et la ballade) marche bien et on peut imaginer un article plus longue avec plus de calanques détaillés dans cette manière. Attention aux conseils à la fin et d’éviter les points en privilégiant des paragraphes. -BP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s