Jeunes écrivains passionnés par la Russie et la France

Le Salon du livre russe

7 novembre à Paris, à l’Espace des Blanc-Manteaux, pas loin de l’Hôtel de Ville, on a inauguré la première éditon du Salon de la littérature russe. Parce que les écrivains classiques russes sont bien connus, les organisateurs donnent la parole aux jeunes écrivains français et russes pour qu’ils partagent leur vision de la Russie contemporaine.

Le Salon est organisé par le Commité littéraire franco-russe. Cette organisation oeuvre depuis une vingtaine d’années à Paris sur les échanges littéraires entre les écrivains russes et français. Сe n’est pas un seul salon destiné à la littérature russe. Il en existe déjà deux à Paris, un salon est en janvier à la mairie du 5me arrondissement, l’autre est à Krémlin-Bicêtre. Mais celui-ci est un peu différent.

«Notre salon regrouppe beaucoup plus d’éditeurs et d’auteurs, explique Michel Monjour, 42, responsable des communications du Salon.  Ici on voit un public plus large, pas simplement des russophones, mais aussi des français qui aiment la littérature en général, surtout russe. A Krémlin-Bicêtre, le public est plutôt russophone. C’est aussi l’occasion pour les éditeurs des livres russes d’avoir une vitrine dans un quartier central à Paris». Il ajoute qu’on va organiser le Salon chaque année dans ce lieu bien fréquenté.

Mais la particularité principale de cette édition du Salon sont de jeunes auteurs russes pas connus en France qui sont venus de Russie avec leurs oeuvres pour contacter des éditeurs français. Daria Alexander (née Kraiuchkina), 26, présente son livre, le premier dans sa vie. Elle dit qu’elle était inspirée par ses études pendant 4 ans en France. Le livre autobiographique s’appelle «Samaja blizkaya Frantsia» (La France la plus proche): «Je raconte 11 villes françaises que j’avais visitées, avec 11 petites anecdotes intimes qui sont associés à ces villes. Les personnages sont mes proches, mes amis et les gens que je rencontrais par hazard».

Julia ZonissJulia Zoniss, 31, est venue de Saint Petersbourg. Elle est une femme écrivain fantastique spécialisée en genre de science fiction. «Notre génération des années 80 est marquée par l’influence des écrivains fantastiques américains. C’est pourquoi cet intéret pour la science qui est typique pour la fantastique russe contemporaine», explique-t- elle. Julia a une dizaine d’oeuvres en russe qui sont inconnus en France. Ici, elle cherche à contacter un éditeur.

De l’autre côté, il y a des auteurs français inspirés par la vie en Russie. Cédric Gras, 32, est écrivain voyageur qui a passé 4 ans en Sibérie. L’auteur de la thèse de géographie sur l’Extrême-Orient russe, il raconte surtout des curiousités climatiques.

Dans son oeuvre «Le Nord, c’est l’Est» il dévoile un stéréotype qui existe autour de l’Extrême-Orient russe : «Dans la tête on a l’impression d’être au nord parce qu’il y a de la neige, du froid…En fait on est à l’est sur la carte. Vladivostok est plus de sud que Paris».

Le dernier livre par Cédric va être publié en fevrier 2014 et s’appelle «L’hiver d’août russe». «C’est le voyage que j’avais fait avec l’automne, explique Cédric. Si en Russie on voyage du Nord au Sud à la fin d’août, on reste toujours dans été indien. L’hiver était toujours derrière moi».

Cédric Gras croit que chez les Français il y a beaucoup d’intérêt pour la Russie: «С’est une fascination pour le pays, juste à côté de l’Europe, mais en même temps très différent».

Est-ce que cette fascination pour la Russie a augmenté ou bien diminué avec la situation politique concernant l’Ukraine? Une question qui n’est pas facile à répondre tout de suite. De son côté, comme l’auteur des livres sur la Russie, Cédric Gras espère que ses ouvres vont donner aux gens l’envie de s’intéresser à la Russie: «Avec la situation politique actuelle il faut qu’on dialogue. Et pour cela c’est nécessaire  de comprendre ce que c’est la Russie, comment ce pays voit le monde. Parce que si on connait mal, on ne peut que faire de la guèrre, ou se détester».

Irina Kozinetc

Publications visées: Le Courrier de Russie, la Russie d’Aujourd’hui

Sources des photos: Irina Kozinetc

Publicités

Une réflexion sur “Jeunes écrivains passionnés par la Russie et la France

  1. Très bien écrit. Très bien organisé. Très bien recherché. On peut imaginer une attaque un peu plus vivante qui met la scène, mais globalement c’est un bon article qui est presque prêt à publier dans un journal.-BP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s