Les Fraudeurs : Portrait d’un jeune créateur d’une marque « politiquement incorrecte » …

Créateur de la marque de vêtements Les Fraudeurs

Créateur de la marque de vêtements Les Fraudeurs

A seulement 22 ans, Kévin Muluba, étudiant en infographie et multimédia, n’avait rien d’un fashionista. Pourtant, c’est une photo mythique de l’ancien Président de la République Française Jacques Chirac resquillant le métro parisien qui l’inspira à créer sa propre ligne de vêtements « Les Fraudeurs » . Ni politicien ni mordu de mode, Kévin a su imposer sa marque urbaine très hype auprès d’une jeunesse parisienne à la fois dynamique et insouciante dans un contexte où la fraude des transports publics fait parler d’elle dans l’actualité française …

Originaire de banlieue parisienne, Kévin ne s’est jamais tracé l’itinéraire d’un styliste. Après avoir obtenu son BEP maintenance, il passe un bac professionnel « conception industrielle informatisée » et intègre une prépa en infographie et multimédia. Après une courte pause durant laquelle il exerça en tant que salarié chez Boulanger (commerçant spécialiste en multimédia),  il poursuit ses études en conception industrielle dans une école parisienne. Néanmoins sensiblement attiré par les nouvelles tendances de la culture urbaine, c’est en 2010 que l’idée d’entrepreneuriat traverse son esprit, inspiré par l’ingéniosité et le savoir faire de la marque Black Boy Place (BBP).

« Ils ont vraiment été une source d’inspiration pour moi et j’ai aimé le concept mais à cette époque, je n’avais pas encore trouvé l’idée qui allait se différencier de la marque BBP … »

Il laisse donc de côté cette idée de création de ligne de vêtements jusqu’en 2013 où il découvre sur Twitter cette fameuse image de Jacques Chirac fraudant le métro en sautant par dessus le portique. Réputé comme étant un homme de pouvoir audacieux, un brin canaille et qui ne mâche pas ses mots, Jacques Chirac apparaissait comme l’égérie idéale pour représenter Les Fraudeurs.

Visuel de l'imprimé du Tee shirt "phare" de la première collection de la marque Les Fraudeurs.

Visuel de l’imprimé du Tee shirt « phare » de la première collection de la marque Les Fraudeurs.

Lancer une ligne de vêtements n’est pas chose facile. En tant que jeune étudiant, il lui a fallu trouver des fournisseurs financièrement accessible et témoignant d’un certain savoir faire pour participer à la conception des tee shirts imprimés. Mais il ne s’agit pas seulement de contraintes financières : faire connaître une toute nouvelle marque de vêtement et se faire une place parmi tous ces jeunes créateurs parisiens en quête de notoriété n’est une mince affaire. Il lui a fallu s’entourer de bonnes personnes et avec l’aide de son associé et ami Nicolas, Kevin a su mettre toutes les chances de son côté sur les réseaux sociaux et en misant sur le bouche à oreille pour relever le défi.

A deux, ils se lancèrent dans cette fougueuse aventure été 2013, sans que leurs proches ne se doutent de rien et ils mettent en place la toute première collection SENSEI CHIRAC sortie en septembre dernier.

frd

« La mode est un cycle. Pour se démarquer, il faut innover dans la présentation de son idée. Pour moi il était indispensable d’avoir un concept original qui touche tout le monde. Tout le monde fraude plus ou moins, que ce soit dans les transports en commun, pour les impôts ou la sécurité sociale … C’est un peu un reflet de la société actuelle, présenté sur un ton humoristique »

Un concept original qui parle à tout le monde et qui a de quoi s’imposer sur la scène de la mode parisienne.. Toutes les cartes sont en main. Pourtant, Kévin ne s’est jamais pris au sérieux et ne se qualifie pas comme étant un créateur ou un styliste. En effet, ce jeune passionné d’art urbain, quelque peu sensible à la culture américaine (musique, mode de vie …) reste simple et fidèle à lui même sans chercher à se créer une vocation à proprement dit.

« Créer sa marque, certains le font par effet de mode. La mode est à la mode ! Moi je cherchais juste à concrétiser une idée que je trouvais amusante. C’est une façon d’exprimer ma créativité mais je ne m’identifie pas à travers la haute couture »

C’est un défi plus que relevé puisque la jeunesse parisienne s’est reconnue dans cette idée décalée et s’est empressée de s’approprier ces tee-shirts et sweats imprimés.

Alors que Les Fraudeurs sont en plein lancement de leur nouvelle collection printemps/été, le gouvernement français publie une étude expliquant qu’aujourd’hui plus d’un usager des transports publics sur deux certifie ne pas toujours payer son titre de transport. Le coût de cette fraude généralisée s’élèverait à 500 millions d’euros par an. Mais pour Kévin, frauder n’est pas un délit mais une alternative bel et bien justifiée par le coût du titre de transport.

« Je n’incite pas les personnes à frauder mais je trouve assez amusant cette chasse à l’homme permanente entre les contrôleurs et les fraudeurs. C’est une marque à prendre au second degré et je ne pense pas que la fraude des transports en commun soit un facteur majeur qui affecte la finance française. On parle assez peu des détournements de fonds par les hommes politiques par exemple… Personnellement, je préfère payer de temps en temps une amende de 30 à 80€ qu’un pass navigo qui me couterait 113€ par mois. »

Plutôt téméraire que conventionnelle, la marque Les Fraudeurs  ne recule devant aucune opportunité pour se faire voir. Kévin et son associé Nicolas établissent tout au long de l’année un maximum de sponsoring avec des partenaires. Ils ont ainsi pu présenter en avant-première, lors d’une soirée étudiante parisienne rassemblant plus de 300 personnes, la collection « NO TICKETS, CHIRAC PASS »  (disponible depuis 20h sur la boutique en ligne)

Les Fraudeurs lors de la soirée Linkers Party le vendredi 7 mars 2014.

Les Fraudeurs lors de la soirée Linkers Party le vendredi 7 mars 2014.

Les Fraudeurs semble avoir un avenir plus que prometteur. Originale, insolente et décalée …  Kévin peut être fier de sa marque si représentative de la jeunesse parisienne qui présente tous les atouts pour être placée dans les concept store de la ville-lumière … Affaire à suivre de très près !

Aïcha Makabu

Publicités

2 réflexions sur “Les Fraudeurs : Portrait d’un jeune créateur d’une marque « politiquement incorrecte » …

  1. Bravo. Un bon portrait sur un homme très intéressant. Vous captez bien cette personne en explorant des questions plus large autour de son business. Il faut juste l’introduire avec un détail un peu plus « NEW » qui explique pourquoi on parle de lui maintenant. Sinon, cela reste un article très bien écrit. -BP

  2. Très bon portrait du créateur. Kevin manque plus qu’à se pavaner sur Paname pour trouver quelques stars qui accepteront de porter ta marque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s