Hanâa Trifiss: portrait d’une jeune femme engagée

 

Qui peut se venter d’être à la tête d’une association à seulement 22 ans? A l’occasion de la semaine nationale des personnes handicapés physique du 10 au 16 mars,  Hanâa Trifiss, 22 ans, nous parle avec passion de son projet , l’association « Handicap ou pas cap?!  »  qui porte un nouveau regard sur les personnes en situation de handicap. Portrait.

 

1003261_531902096873764_2110739189_n

 

Hanâa Trifiss est l’une de ces personnes pour qui le don de soi est une philosophie de vie. Cette pétillante jeune femme, étudiant à Science Po Paris est à 22 ans à l’origine d’un projet étudiant de film documentaire associatif  « Handicap ou pas cap?! » qui souhaite sensibiliser la jeunesse au handicap en général, de déconstruire les clichés, les a prioris au handicap « le projet a pour but d’ouvrir au monde du handicap, d’ouvrir une vitrine qui permettrait de donner la parole et une visibilité aux personnes en situation de handicap ».

 

Un parcours associatif déjà bien rempli

 

Aujourd’hui à la tête d’un projet d’envergure comme « Handicap ou pas cap?! » , le parcours associatif de la souriante Hanâa n’est pas en reste : elle a été bénévole pour de nombreuse association notamment  « Merci pour eux »  une association sur la ville d’Argenteuil  qui récolte des fonds et organise des collectes pour du matériel pour sans domicile fixe en organisant des tournois de foot , l’ UNICEF ou encore  « Action contre la faim », « je suis dans l’action de tous les instants. J’ai été  toujours impliqué dans les associations qui visent à aider les gens, les actions ponctuelles.  Mais les actions humaines se font aussi à coté de chez soi, auprès de ses camarades, de ses voisins… ». Quand elle entre au lycée, sa personnalité extravertie, son enthousiasme et son énergie ne passe pas inaperçus. D’abord délégué de classe, elle est élue par la suite au conseil de vie lycéenne « nous organisions les projets et activités qui devaient être mis en place pour facilité la vie des élèves ».  Dès lors son investissement au sein de son lycée lui ouvre des portes. Elle est élue à l’académie de Versailles au sein du Conseil académie de la vie lycéenne pour représenter son lycée. Arrivée à Science Po un nouveau monde s’ouvre à elle  « c’est incontestablement grâce à Science Po , grâce aux différent enseignements, que l’inspiration est venue. Richard Descoing nous a ouvert les yeux sur d’autres réalités, sur les différentes populations, minorités qui nous entourent».

 

« Handicap ou pas cap ?!  veut ouvrir les esprits et changer les mentalités » 

 

  

 Partagée entre ses études et ses actions associatives, Hanâa Trifiss travaille un an à l’Institut des jeunes aveugles à Paris en tant qu’assistante d’éducation. Là-bas elle tombe des nues face au quotidiens des enfants « Pendant mon années auprès d’eux, j’ai vu des enfants qui ne voyaient pratiquement jamais de personnes dites « valides »: les seuls contacts qu’ils pouvaient avoir avec des personnes sans handicap étaient le personnels travaillant dans l’institut en semaine et leurs parents en week-end ». Touchée par cette expérience auprès de ces jeunes aveugles et consciente du fossé qui sépare les personnes dites « valides » des « non-valides », Hanâa Trifiss se fixe un objectif: brisé les barrières imposées aux personnes en situation de handicap et leurs donner  une visibilité dans la société.

 

Entre difficultés et obstination

 

Avant de devenir une association, « Handicap ou pas cap?! » est un projet étudiant, un film documentaire qui parle du handicap physique mais pas seulement «  « Handicap ou pas cap?! »  n’est pas seulement une réflexion sur le handicap physique ou psychologique, c’est aussi une réflexion sur le handicap social . J’ai toujours été très touché par les personnes exclus de la société : les jeunes issu de banlieue, en situation d’exclusion, les sans-abris, les personnes isolées mis hors système. » nous explique calmement la jeune femme. Jeune et avec un tel projet, Hanâa nous avoue avoir eu beaucoup de difficultés à le faire accepter en tant que projet étudiant auprès de sa doyenne du collège universitaire. C’est sans compter sur la pugnace Hanâa qui a force de travail et de persévérance à réussit à le faire validé «  c’est grâce aux nombreux prix que le projet a reçu qu’il a été remis en cause et validé ». La création de l’association a été une suite logique « on a crée une association à but non lucratif pour soulever des fonds afin de crée le projet pourvoir aller dans les différents pays, recueillir les infos pour le film ». En effet le projet d’ Hanâa ne se limite pas à l’étude des personnes en situation de handicap en France mais aussi dans d’autres pays du monde : Cambodge, Brésil, Afrique du Sud, Maroc et enfin Canada « Ce film devait permettre de comprendre et observer comment chaque société perçoit et intègre le handicap dans sa culture et son histoire mais aussi à l’échelle des populations et du gouvernement » explique-t-elle.

 

        1005053_536139389783368_1568305619_n

Hanâa Trifiss lors de son voyage au Cambodge

 

Hanâa a déjà entrepris une partie de son tour du monde au Cambodge et au Brésil « des expériences humaines riches et incroyables ! » nous dit-elle avec enthousiasme. Pour Hanâa, il ne s’agit que du début de l’aventure « on est en période de préparation, sur le terrain, à faire des recherches. Il me reste encore à partager le fruit de mon travail ». En effet, lorsque son film sera fini en septembre 2014 elle souhaite le mettre à disposition des municipalités et des écoles de Paris pour qu’il soit diffuser auprès des enfants dans le cadre scolaire. Par la suite s’en suivra des partenariats entre écoles d’enfants aveugles et écoles classiques et même la création d’un Festival des Talents pour personnes « valides » et « non valides ».

Pour Hanâa  » Handicap ou pas cap?! » est bien plus qu’une association, c’est un projet de cœur, un projet de vie, c’est le projet de sa vie…

Si vous voulez soutenir l’association  Handicap ou pas cap?!  :

site internet: handicapoupascap.com 

facebook: https://fr-fr.facebook.com/pages/Handicap-ou-Pas-Cap-/140474986131581

 

par Anissa Aberkane

photo: Hanâa Trifiss

publication: le parisien, presse gratuite, rue89.com

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Hanâa Trifiss: portrait d’une jeune femme engagée

  1. Un bon portrait globalement. On arrive à comprendre cette femme et son travail. Au niveau de l’organisation, il faut faire attention aux citations et de mieux construire des phrases avec ‘« CITATION » dit-elle,’ par exemple. Et vous pouvez diviser les paragraphes un peu afin de faciliter la tacher pour votre lecteur. Les blocs de texte sont un peu intimidants. -BP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s