Bénarès (Inde), une découverte de soi-même

Avis aux jeunes adultes, qui ne considèrent pas avoir assez voyagé, si on laisse de côté les excursions scolaires ou les expéditions familiales : voyager ouvre l’esprit et… ne coûte pas aussi cher qu’on ne le pense. Une destination de plus en plus prisée par les jeunes, c’est l’Inde.

© Mathieu Rollinger

 

Varanasi, plus connue en Europe au nom de Bénarès, est l’une des villes ancestrales du pays, et se trouve au nord-ouest. « Cette ville ne se visite pas, elle se vit, du moins on est sûr de s’y perdre », pense Mathieu Rollinger, un jeune voyageur de 23 ans, qui a visité Bénarès en septembre 2011. La vie prend son sens le plus intemporel à Varanasi, car il est davantage question d’existence, de vies multiples, notamment au bord du Gange, ce fameux fleuve sur lequel la ville est axée. Ce fleuve est un lieu mythique pour les adeptes de l’hindouisme, qui forment une majorité de cette région : « il s’agit d’une eau sainte, censée purifier les gens. Ils se lavent dedans, y effectuent certains rituels… ».

 

Que peut-on voir de plus particulier à Bénarès ?

Plus que les épices parfumées, la saison des pluies ou les paysages exotiques pour un voyageur européen, « il s’agit du lieu où les hindous viennent pour mourir ». Formant 65% de la population de Varanasi, les hindous conçoivent en effet la mort comme un moment de déplacement vers d’autres vies, par la réincarnation. « Ce qui m’a le plus interpellé lors de cette visite, c’est de partager ce moment qui de coutume est pour moi triste et intime. La mort est « célébrée » collectivement à Varanasi, elle est cérémoniale, une sorte de fête ». Cela peut heurter un étranger d’assister à cette cérémonie, c’est un véritable choc culturel : « ce qui est d’autant plus déconcertant, c’est qu’on ne doit pas pleurer, on ne doit pas manifester une quelconque tristesse. »

 

© Mathieu Rollinger

« Le schéma de l’Inde se trouve dans leur façon de mourir »

Assister à ces cérémonies funèbres à Bénarès permet d’avoir une idée sur ses catégories sociales : « Ce qui est affligeant dans cette pratique, qui se fait à la chaîne, c’est que ceux qui n’ont pas les moyens de mourir dignement sont disposés sur les cendres des plus riches, et leurs corps se consument ainsi. Le schéma de l’Inde se trouve dans leur façon de mourir. » (L’incinération au bord du Gange sacré se fait en étendant le mort sur un bûcher funéraire, 200kg de bois rare et cher). Car ces gens qui ont les moyens de mourir, sont souvent les commerçants, les plus riches en effet de cette région. La confection de la soie et les bijoux sont leurs principales activités économiques à Varanasi. « La société est assez partagée, les pauvres, eux, vivent dans les bidonvilles, comme ce batelier, que j’avais rencontré,  et qui m’a proposé ses services pour un tour en bateau. Ainsi j’ai pu traverser le Gange au lever du soleil, et c’était le plus beau moment passé sur cette terre d’Asie. »

 

© Mathieu Rollinger

A la découverte de soi-même

« Dis-moi comment tu voyages, je te dirai dans quelle société tu vis et comment tu conçois ton existence. », disait un numéro de la revue Sciences humaines. Selon l’endroit visité, les personnes qui nous accompagnent durant cette découverte, voyager tend à nous apprendre autant sur la ville que sur nous-mêmes :  « Je n’ai pas changé de croyance, catholique. Mais j’ai acquis un rapport nouveau vis-à-vis de la mort. Je la conçois peut-être de manière plus positive, moins triste », pense Mathieu Rollinger.

Voici une idée de voyage qui change du soleil et de la mer, à faire avant de sombrer dans la vie active, où on cherche du travail, et où on est rattrapé par une vie familiale par la suite, voici une invitation à prendre le temps de découvrir le monde, de vivre différentes cultures, pour s’enrichir d’expériences, ne serait-ce que pour perfectionner son anglais !

 

En quelques chiffres, votre séjour à Varanasi :

Hôtel : 3€ la nuit environ

Repas (en restaurants) : environ 5€ par jour

Trajet de Dehli à Bénarès : 12h en train, 15/20€

Budget pour 1 mois de découverte du nord-ouest indien : 800€, billets d’avion compris.

 http://www.flickr.com//photos/109678483@N05/sets/72157639766126505/show/with/11949233626/

 

Roukaya Ben Fraj

Publicités

2 réflexions sur “Bénarès (Inde), une découverte de soi-même

  1. Très très intéressant! Un angle original sur l’Inde et le voyage. Je me demande cependant si, ou comment un touriste peut assister aux cérémonie décrite ici…si oui, des détails? Sinon c’est bien organisé et écrit. Belles images aussi.

    • Merci pour vos commentaires, que j’ai pris en compte. Il suffit de relire cet article pour découvrir que ces événements sont ordinaires à Bénarès, ouverts au public, aux touristes aussi. Ceci dit, avis aux âmes sensibles de s’abstenir, car il ne s’agit pas d’une expérience facile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s